L'Ombre du vent - Carlos Ruiz Zafón ***

Comment achever une lecture interminable avec un livre certes bien écrit mais où se succèdent moult rebondissements au point d'en noyer l'intrigue ? hein comment ? Et bien, vous vous inscrivez à une lecture commune le concernant et votre panel de copines lectrices toutes plus motivées les unes que les autres, houspille avec vous, subit comme vous ce marathon littéraire. Vous râlez et vous soufflez ensemble. Mais au final, vous ressortez toute contente de ce partage grandeur nature (pas moins d'une cinquantaine de courriels échangés) parce qu'après tout, vous admettez que vous n'auriez pas fini seule ce fichu bouquin et tout cela pour quoi ? ... pour L'Ombre du vent de Carlos Ruiz Zafón, le best-seller espagnol, une fresque monumentale. Bon, ce n'est pas tout mais place à l'histoire.  
 
Dans la famille Sempere, libraires barcelonais de père en fils, il est de bon ton qu'au dixième anniversaire du rejeton, ce dernier choisisse un livre au hasard dans Le Cimetière des Livres Oubliés, gardé par le vieil Isaac. Justement, c'est au tour de Daniel d'accomplir ce petit tri sélectif parmi des milliers de livres. Bizarrement, au moment de sa quête, comme attiré par l’œuvre, Daniel pioche L'Ombre du vent de l'écrivain maudit Julián Carax. Pendant six ans, Daniel détient ce livre mystérieux sans trop attirer l'attention, mise à part celle d'un collègue rival de son père, Barceló, et accessoirement père du premier amour de Daniel, Clará. Puis surviennent les menaçants Laín Coubert (nom d'emprunt d'un personnage souhaitant effacer l’œuvre de Julián Carax) et Francisco Ravier Fumero (inspecteur de police, traître complètement fêlé, mué par une haine féroce). Très vite, Daniel mène l'enquête pour comprendre la vie de l'auteur maudit. Lors de cette mission, il sera suppléé par le fantasque Fermín Romero de Torres, employé de la librairie Sempere et poète à ses heures. Il ne devine pas à quel point le choix de L'Ombre du vent de ses dix ans va chambouler sa vie au point de la compromettre.
Le parallèle entre les existences de Julián et de Daniel malgré les vingt années d'écart me semble bien amorcé et réussi. La quête du vrai grand amour, la difficulté de s'affranchir des contraintes familiales et sociales lourdes, les secrets de famille, l'implosion de la société civile espagnole après les conflits meurtriers fratricides et l'atmosphère gothique façonnent et nourrissent cette fresque épique sous fond de jalousie mal contenue : on ressent l'Espagne franquiste douloureuse, où chacun se carapate en espérant éviter les arrestations sommaires, humiliantes et mutilantes, où la solidarité s'effectue en toute discrétion, où la chasse aux sorcières (contre les homosexuels, les travestis, les artistes, les sans-logis) bat son plein. J'aurais adoré aimer ce livre mais les digressions nombreuses et les péripéties multiples ont eu raison de ma patience et ont achevé mon enthousiasme. Je reconnais un talent singulier à Carlos Ruiz Zafón, mais il me semble qu'il aurait pu tout aussi bien faire avec moins de césures, sans que son récit s'en trouve appauvri. Exemple de la fin : je me serai arrêtée à la page 610 et bien non, l'auteur brode le terminus jusqu'à la page 636, à l'instar de toute son intrigue.
Moralité : lisez-le si vous en avez envie.


Traduction de François Maspero. 
Éditions Le Livre de poche

Note personnelle : Cet ouvrage fit l'objet d'une lecture commune, organisée par Théoma que je remercie infiniment.

Théoma est arrivée à la fin et s'est posé tout plein de questions, en particulier « oui et alors ? » et  nous interpelant : « Et vous, partagez-vous ce coup de cœur de la blogosphère ?». Elle reproche le trop de personnages, le trop de longueurs et a subi une certaine allergie à l'écriture ; bref, vous l'aurez compris, elle ne semble pas emballée.
Clara précise que si elle n'a pas abandonné, c'est parce que par moments son intérêt était éveillé mais les longueurs, la multiplicité des personnages, les redites ont considérablement gêné sa lecture, frôlant l’indigestion. Elle ne dira pas qu'elle a franchement aimé ce livre. Clara conclut, en parlant de nous toutes : « Elles sont parties dans une aventure digne de Koh- Lanta (longueurs cachées, personnages qui surgissaient de toutes parts) et elles ont vaincu...».
Ikebukuro a trouvé des longueurs et a quelquefois décroché de l'histoire mais dans l'ensemble, elle continue à penser à ce livre qui l'a «bousculée», comme un livre devrait le faire. Au départ, c'est vrai que ça n'était pas gagné mais petit à petit, elle s'est attachée aux personnages et l'atmosphère qui frôlait la fable gothique par moments l'a intriguée et l'a poussée à poursuivre sa lecture. Globalement, ce fut « dense, long, énervant parfois et émouvant aussi... Le livre aurait gagné en clarté avec 100 pages de moins.»
Une Comète résume par « ça existe, un roman qui ne se termine jamais ??????????????????
Oui, nous l'avons trouvé. Il s'agit de « L'Ombre du vent » , le premier roman de la création qui ne se termine jamais. Quand on a fini, y'en a encore ».  Les rebondissements de dernière minute l'ont un peu énervée. Néanmoins, Une Comète trouve que ce fut très long, qu'il y eut beaucoup (trop !) de personnages et que elle s'y perdit un peu parfois. Certains moments sont passionnants et d'autres un peu moins. Toutefois, c'est une lecture loin d'être déplaisante.
Sylire, qui a terminé le livre bien avant nous en raison d'un voyage, a bien aimé l'intrigue et a considéré l'Ombre du vent comme une chouette lecture.
Je fus longtemps à la traîne au point de souhaiter me renommer Philia (car mes copinautes Théoma, Clara et Béa avaient terminé la lecture quatre jours avant môa moi). Je comprends pourquoi j'ai abandonné ce livre en cours de partie l'an passé : les lectures urgentes ne sont pas les seules responsables ; cette œuvre nécessite du temps et une parfaite adhésion que visiblement je ne lui ai pas offerts. 

Pour lire l'avis des copines (je vous le conseille vraiment !), vous cliquez sur leur pseudo et vous découvrirez leur note de lecture. Je vous souhaite de belles visites. 

Un autre copine blogueuse Emma a écrit une chronique récemment sur... L'Ombre du vent, que voici.

41 commentaires:

  1. Je n'étais pas certaine de vouloir le lire. Et si la lecture en est si fastidieuse, bien, je ne crois pas que je vais le lire finalement. Mais bravo pour être passé à travers! héhé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le genre de livres qui ne laisse pas indifférent(e).

      Supprimer
  2. Aaaah, je ne suis donc pas la seule à m'être ennuyée !
    Ma seconde expérience avec l'auteur a été similaire, je ne pense pas que je lirai un autre de ses romans même si à chaque fois les quatrièmes de couverture m'interpellent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là là, grosse info : même opinion sur un deuxième bouquin du même auteur. Je vais donc m'abstenir pendant quelque temps.

      Supprimer
  3. Jamais lu, et j'hésite;
    Mais comment ce livre a t'il pu soulever l'enthousiasme unanime à une époque?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une fresque : il faut reconnaître l'énorme travail de l'auteur à construire un vrai univers. Il a juste surajouté et ce n'était pas indispensable !

      Supprimer
  4. J'adore tes remarques sur cette LC!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime tous nos avis sortis de ce partage, différents. C'était une chouette expérience.

      Supprimer
  5. Je lis ton billet en diagonal, il est dans ma Pal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je comprends, j'ai procédé de la même façon avec celui d'Emma :
      http://emma.et.son.petit.monde.over-blog.com/article-l-ombre-du-vent-de-carlos-ruiz-zafon-104114453.html

      Supprimer
  6. Bon, eh bien ton avis me persuade que... j'ai bien fait de ne pas le lire maintenant (j'aurais pas pu, vraiment), et puis c'est la troisième fois que je peux pas tenir la LC pour ce boquin, je le prends comme un signe (avec vos billets assez négatifs en général) que ce livre doit sortir de ce corps (euh no, de chez moi) et aller tenter sa chance chez le bouquiniste !! Dégraissons, dégraissons cette PAL !! (et je note ton lien, bien sûr, je ne suis pas horrifiée à ce point)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que tu devrais jeter un œil mais si ce livre doit sortir de toi, alors ... bouquiniste !

      Supprimer
  7. J'ai bien aimé ma lecture mais il est vrai que j'étais en vacances ce qui a du aidé... J'étais sans doute plus dispo pour vraiment rentrer dans l'histoire. Malgré mon avis positif, je lui ai trouvé des longueurs et je pense que cela finit par nuire à la lecture et à la compréhension de l'histoire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on se rejoint sur plusieurs points de toute façon et je troue que nos différents avis nourrissent cette LC : c'est le but, non ?

      Supprimer
  8. C'est vrai que je l'ai lu en décalé par rapport à vous et j'ai découvert tous les com' en rentrant de voyage. Le billet n'a pas été simple à faire car je ne l'ai fait qu'à mon retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'imagine : il ne fut pas simple pour moi (j'ai de plus en plus de mal à les construire, en essayant de rester la plus mesurée possible).

      Supprimer
  9. Ton commentaire est génial ! C'est vrai qu'on est des courageuses, nous... vive nous les super lectrices !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bon de s'aimer ! Love and Peace ...

      Supprimer
  10. J'ai lu ton billet en travers, car un jour il faudra que je m'y attaque vu qu'il traîne dans ma PAL depuis très longtemps. Mais j'attendrai les vacances car les longueurs et les répétitions, c'est pas trop mon truc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que là, tu vas être servie, si je puis m'exprimer ainsi.

      Supprimer
  11. J'ai lu ce roman en 2007 sur les conseils de ma soeur qui l'avait aimé je me souviens des nombreux personnages, qui rendaient la lecture un peu difficile et de certaines longueurs mais le résumé que j'en ai fait dans mes gribouillis perso est assez positif. J'ai aimé la vie dans l'Espagne de l'après guerre,L'histoire se passe à Barcelone et on retrouve l'ambiance de cette ville que j'ai eu l'occasion de visiter et que j'ai apprécié ,la passion des livres et les rapports entre père et fils sont intéressants , j'ai un peu moins accroché à la comparaison entre la vie de Daniel et celle de l'auteur. je dois avoir un petit côté maso pour apprécier ce style ou je me suis accrochée car c'était un partage avec ma soeur .
    merci à toutes pour vos commentaires si je trouve le temps je mettrai un petit billet sur cette ancienne lecture
    bonne soirée
    eva
    Eva

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui et pour le coup, je guetterai ton avis pour inscrire le lien. Mille mercis pour ton commentaire, j'ai apprécié aussi la description de Barcelone. Je pense que j'ai été assez intransigeante comme je peux l'être sur des livres à grand succès et surtout très en attente. Indéniablement, cette histoire ne recense pas tous les défauts et tu as le droit de l'aimer. En tout cas, tu l'as très bien défendue.

      Supprimer
  12. Ce livre n'est pas et ne sera jamais dans ma PAL. J'ai des soucis avec la littérature traduite de l'espagnol(qu'elle vienne d'Espagne ou d'Amérique du Sud).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que la traduction soit remise en cause ici mais plutôt l'œuvre originelle. Bises

      Supprimer
    2. Ce n'est pas la traduction que je mets en cause, mais vraiment la littérature espagnole ou sud-américaine. Les auteurs espagnols ou sud-américains que j'apprécie se comptent sur les doigts d'une main.

      Supprimer
    3. Oui, dans ce cas, je suis d'accord avec toi sur cette œuvre. Je ne connais pas assez d'auteurs en langue espagnole pour généraliser. J'ai bien aimé Max Aub découvert grâce à Une Comète (peut-être un de tes cinq doigts ?)

      Supprimer
    4. Non, je ne connais pas cet auteur.
      IL s'agit de Manuel Vasquez Montalban (pour l'Espagne), Isabel Allende, Luis Sepulveda pour l'Amérique du Sud.

      Supprimer
    5. Sepulveda, je connais avec son génial Le vieux qui lisait des romans d'amour. Pour les autres, pas d'œuvre lue de ma part. Mais je vais y remédier urgemment.

      Supprimer
  13. C'est dingue, hein, j'avais adoré ce roman !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre a eu énormément de succès, donc sûrement, beaucoup l'ont adoré comme toi !

      Supprimer
  14. Beaucoup ont adoré. Perso, je l'ai trouvé très long. Je me suis arrêté en cours pour reprendre quelques semaines après.
    Mais je suis un peu comme toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vécu la même expérience. On se retrouve.

      Supprimer
  15. bravo ! tu as parfaitement résumé notre parcours ! quelle plaie ce livre ! On fera une autre LC plus prenante j'espère !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai ADORE ton avis : un grand moment ! Bises et merci pour ce partage.

      Supprimer
  16. Je n'ai eu ni ta patience ni ta persévérence ...j'ai abandonné ce roman avec un soulagement sans nom !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je te comprends mais d'un autre côté, c'était vraiment sympa de participer à cette LC où on a tout partagé.

      Supprimer
  17. J'ai adoré ce livre mais ma fille et ma soeur l'ont trouvé troooooooooooop long.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc match à deux contre une chez toi, alors ? bises.

      Supprimer
  18. Je viens tout juste de le finir aussi et j'ai adoooré ! C'est marrant comme un livre peut susciter des réactions contradictoires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lu dès sa sortie et le souvenir d'une lecture très jouissive et palpitante!

      Supprimer
    2. Bon, nous avons l'arrivée de deux fans de ce livre : merci, Mesdames, de si bien le défendre !

      Supprimer