La dernière danse de Charlot - Fabio Stassi ***

Charlot, à la fin de sa vie, réclame quelques années d'existence supplémentaires à la Mort. Seule exigence de cette dernière pour exaucer ce vœu : la faire rire ! Un acte de bravoure pas trop difficile à réussir pour le plus grand comique de tous les temps. Cependant l'âge avancé du Monsieur devient un poids ou une source d'inspiration : c'est selon !
La dernière danse de Charlot propose une part fictionnelle de la vie de cet artiste du cirque, devenu maître en pantomime et génial précurseur du cinéma muet. Cadencé en six bobines (description du passé) et sept hivers (rencontres avec l'ange des Ténèbres), le récit dévoile un Chaplin intime : son sentiment d'être constamment exilé, son angoisse de la faim, son éternelle soif de reconnaissance, son démesure dans la création, sa quête d'innovation, ses nombreux métiers (dont celui de typographe qui lui servira grandement ensuite pour la réalisation de ses courts métrages ), ses rencontres amicales et sa fidélité à toute épreuve (surtout face au deuil). Fabio Stassi a choisi Chaplin pour raconter les débuts du septième art. 
Prétextant une vie amoureuse assez remplie (Charlot eut plusieurs épouses et une descendance fournie), La dernière danse de Charlot présente une confession épistolaire à Christopher, le dernier né d'un père très âgé (73 ans à la naissance). Car le vain mot de ce livre demeurera transmission : l'héritage d'un père (le récit de son existence) mais aussi le voyage du cadeau d'amour entre deux saltimbanques.
Bien sûr, Stassi joue avec l'Histoire (la vraie) du cinématographe, réinvente le créateur de la bobine et surtout les raisons de cette innovation majeure. Les personnages bien marqués paraissent tous bienveillants et suffisamment fantasques : même, la Mort ne fait pas peur ! 
Une lecture sympathique, qui fait passer un bon moment sans se prendre la tête mais qui ne casse pas des briques.

Traduction de Faustina Fiore

Éditions Denoël

Rentrée littéraire 2013
 
un merci particulier à la responsable littérature du Cultura de Villeneuve d'Ascq pour le prêt de ce SP

avis : Nina,

et un de plus pour les challenges d'Anne (pour l'Italie)et de Nadael  (période Hiver avec les rencontres avec la Mort)

20 commentaires:

  1. J'ai deviné ta conclusion sur cette lecture avant la fin ;-) donc, pourquoi pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une lecture sympa et l'auteur a bien bossé son sujet.

      Supprimer
  2. Ta conclusion me ferait plutôt fuir (casse pas des briques !) et puis je n'aime pas beaucoup le mélange fiction-réalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant c'est souvent réussi (je pense à Sulak par exemple). Là clairement l'auteur y va fort avec les entretiens avec la Mort. Il faut juste se laisser bercer.

      Supprimer
  3. J'ai l'impression que tu l'auras vite oublié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas : parfois certains livres s’imprègnent de façon délicieuse, par inadvertance. Bises

      Supprimer
  4. Le mélange fiction-réalité est toujours un peu "casse-gueule"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exact et quand c'est réussi, je loue toujours la performance de l'auteur.

      Supprimer
  5. Déjà que j'ai horreur du cinéma, si en plus ça casse pas des briques tu penses bien que je vais m'abstenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grosse info, là, tu n'aimes pas le ciné ? Bises

      Supprimer
  6. Je viens de prendre "La lettre...", je vais m'arrêter là pour l'instant. De plus, ça ne me fait pas trop envie.
    Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préviens mais je n'empêche pas cette lecture intéressante.

      Supprimer
  7. pffff tous ces livres de la rentrée litt' je ne sais plus où donner de la tête !

    RépondreSupprimer
  8. Oui, donc pas une lecture nécessaire.

    RépondreSupprimer