Heureux les heureux - Yasmina Reza **

Je continue le « raté de chez raté » avec une dame dont j'ai apprécié Le dieu du carnage. On peut dire que ses œuvres se succèdent mais ne se ressemblent pas. Quoique ?
Des voix s'entremêlent et narrent un quotidien amoureux assez tristounet, fait de compromissions, de trahisons, de frustrations et de paraître en société. Malheureux en amour, malheureux tout court semble être le discours de ce roman polyphonique. Peu de couples résistent à la plume acerbe et vengeresse de Yasmina Reza qui fait subir à ses héros chaque forme de violence domestique (chantages, menaces, brutalité, indifférence, névroses etc). 
Tous semblent liés et pourtant, comme il est difficile de les reconnaître ! Si l'auteure réussit à chaque fois à s'accaparer le discours de sa proie, elle en oublie de consolider son identité. Résultat : très souvent , au moment de cette lecture, lorsqu'un personnage réapparaissait, me venait cette interrogation : « Qui c'est celui-là/celle-là déjà ? » (soit j'étais trop fatiguée pour fixer franchement l'individu, soit peu attentive, soit Yasmina n'a pas parfait son boulot de narratrice : à vous de choisir). Au final, on navigue à vue parmi cette troupe, unifiée et compacte, sans discerner convenablement les singletons, où le mot bonheur n'appartient à aucun lexique. Pire : on zappe leur vécu lorsque se pointe la dernière page.  

Heureux les heureux ou que vive la sinistrose, sans lumière ni légèreté !  Triple bof.
A tous prix 
Éditions Flammarion

emprunté à la  bibliothèque (lu dans le cadre de mon prochain comité de lecture)

rentrée littéraire janvier 2013 
avis : Clara , Lo, Anne, Métaphore, Leiloona, Noukette, Bernhard,

et un de plus pour le challenge d'Asphodèle (Prix Marie Claire du Roman Féminin 2013 : pour une surprise, c'en est une !)

évasion musicale  ici

34 commentaires:

  1. Ce livre a reçu des avis divergents à sa sortie. Il ne m'a pas tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dithyrambique du côté des professionnels, un peu moins du côté des lecteurs amateurs. Bizarre, non ? N'aurais-je donc rien vu ?

      Supprimer
  2. Ohallla, je me souviens encore de ma déception...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui et dire qu'il a fait partie de la sélection du Prix Inter : incroyable !

      Supprimer
  3. C'est une auteure qui ne me tente pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elle pourrait écrire plus consistant : je lui trouve des similitudes avec Marc Lévy d'ailleurs.

      Supprimer
  4. Un seul bof m'aurait suffi, alors un triple... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis rarement aussi tranchée mais là ce n'est tout simplement pas possible.

      Supprimer
  5. Triple bof, suis d'accord... pas aimé du tout !

    RépondreSupprimer
  6. déçue donc, tu n'es pas la première

    RépondreSupprimer
  7. Je n'en ai déjà plus aucun souvenir !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne suis pas surprise : je ne me souviens même plus des noms des héros. La cata !

      Supprimer
  8. Je ne suis pas tentée du tout. Yasmina Reza est un homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est Yasmina Khadra qui est un homme :)

      Supprimer
    2. Exact, il a fait le choix de ce pseudo (les deux prénoms de sa femme) pour défendre d'une certaine façon la cause féminine dans le monde maghrébin.

      Supprimer
    3. Yasmina Reza est bien une femme, très jolie d'ailleurs.

      Supprimer
  9. Je vais me fier à ton avis et le laisser de côté ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est toi qui vois : si tu veux le lire, emprunte-le en bibliothèque.

      Supprimer
  10. Je n'ai encore rien lu d'elle mais ce n'est pas à l'allure où je vais que cela va changer car en ce moment, prise par la vie, je lis très peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est simple, facile à lire et assez vite à oublier. Spécial "place disponible pour pubs de TF1"

      Supprimer
  11. ....même constat au moment de la lecture dans le cadre de notre club de lecture "Inter Shadow-Cabinet" (le livre faisait partie de la liste des dix à lire). Un talent indéniable pour faire basculer des situations par des infimes glissements - mais au final sans intérêt réel.... www.lorenztradfin.wordpress.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que les glissements ne sont pas exceptionnels, parce qu'elle dépeint une société bourgeoise déjà décrite dans Le dieu du Carnage (donc un boulot de création un peu recyclé), parce qu'elle zappe tout le temps et qu'on n'arrive même pas à intégrer les différentes personnalités en action, parce qu'elle propose de l’aspartame alors que j'aime le sucré (le vrai) ! C'est une auteure qui me semble surévaluée maintenant.

      Supprimer
  12. Je n'étais pas tentée à la base, et je ne le suis toujours pas !

    RépondreSupprimer
  13. Beaucoup de déception autour de ce titre encensé par les "vrais" critiques de la presse parisienne. Une certitude, c'est un livre qui ne passera pas par moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est là où je me dis que dans une autre vie, si je voulais devenir une vraie "critique littéraire", j'aurais un boulot phénoménal de métamorphose intellectuelle à opérer. Bisous

      Supprimer
  14. Pas tentée, il y a tellement d'autres auteurs à lire .

    RépondreSupprimer
  15. Pas tentée du tout : j'ai lu un extrait de ce livre, cela m'a suffit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteure a une réputation surfaite, c'est mon avis. Elle possède de bonnes idées mais elle est incapable de les étoffer. J'assume.

      Supprimer
  16. Décidément ma pauvre tu cumules ;-) En voilà encore un que je ne lirai pas.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu peux éviter celui-ci sans problème ! bisous

      Supprimer