Les plumes 22 d'Aspho : l'ennui

écritoire vanishingintoclouds(3)Consigne fut donnée par Asphodèle, de rédiger un texte utilisant ces vingt-quatre mots (on a le droit d'en oublier un) :

projet, dimanche, emmerdement,  penser, intimité, hésiter, oppresser, pluie, savoir, morosité, panne, créatif, silence, bâiller,  fatigue, mourir, soupir, ralenti, routine, figé, vide et whisky, xyste, zigzaguer. 




Ce soir, j'ai décidé d'être réactif créatif. Le silence et l'intimité de la pièce vont m'inspirer, j'en suis sûr.

Premiers principes à respecter : arrêter de bâiller, prendre une bonne rasade de whisky (flûte, la coupe est pleine et la bouteille, vide), tourner au ralenti (la routine, quoi), oublier la fatigue de la journée et construire le roman de ma vie (soupirs).

Tiens, pensons au titre : La pluie avant qu'elle tombe (déjà pris : encore un qui ne s'est pas foulé en zieutant la morosité météorologique) ou mourir les sirènes (comme les oiseaux cachés derrière la soutane).

Foutu projet littéraire : c'est toujours pareil, la panne d'inspiration m'oppresse ! Regard figé vers l'horizon obscur, surtout ne pas penser à demain : c'est dimanche (avec déjeuner chez la belle-doche à la clé, emmerdement assuré !).

Je me lève, hésite sur le parcours, bouscule quelques meubles et zigzague dans le couloir comme les Béatrix-Fourcade-Mattel foulent le xyste enneigé russe (bon, je sais, avec moins de dextérité). Arrivé à destination, j'essaie d'ouvrir la porte de ma chambrée.

Et puis, plus rien.

Corps allongé sur le sol, joue droite contre le carrelage froid, je somnole : encore une nuit d'ennui(s) !

Les liens vers les textes des autres participants sont recensés dans le billet d'Aspho :  ICI

Je souhaite un très bon anniversaire à mon neveu V., à sa grand-mère J. et à mon amie C !

Inspirations
en littérature : Monsieur Jonathan Coe - La pluie avant qu'elle tombe
                          Madame Colleen McCullough - Les oiseaux se cachent pour mourir

en musiqueMourir les sirènes - Canada

48 commentaires:

  1. Pas d'inspiration, oui, de sommeil non : dans son cas, le whisky semble aider un peu....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas sûr qu'il dorme parfaitement, cet abruti ! bisous

      Supprimer
  2. C'est la belledoche qui va être contente si elle passe par ici !!! ^^ Tu t'en sors très bien, il faut un peu d'ennui, beaucoup de pannes pour apprécier l'inspiration quand elle est là ! ;) Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je constate en participant à tes Plumes à quel point il doit être difficile pour un écrivain de devoir justifier telle image ou telle autre. J'adore ma belle-mère et cette expression de belle-doche est un clin d’œil à mon A qui l'emploie avec affection pour désigner ma mère. Mon héros n'est pas du genre fute-fute alors sa perception est un peu abimée.

      Supprimer
  3. Sous couvert de manque d'inspiration, tu les places tes mots et avec quelle habileté!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Claudialucia : là j'ai tilté sur plusieurs mots pour créer cette panne d'inspiration. Bisous et merci de ton com'.

      Supprimer
  4. voilà pourquoi nous tenons à notre anonymat: nous pouvons vider la bouteille de whisky, zigzaguer et dire du mal de notre belle-mère ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je dis du mal de la belle-mère de mon héros !!!! Bisous (quant à mon anonymat, j'y tiens beaucoup, cela c'est sûr)

      Supprimer
  5. j'adore l'idée de la panne de l'écrivain....bravo Phili

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Galéa : il semble que j'ai partagé un peu l'idée !!!! bisous

      Supprimer
  6. L'inspiration est parfois difficile avec certains mots mais tu t'en es très bien sortie!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Tu vas trouver linspiration couchee sur le carrelage?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à mon avis, non : trop froid ! bisous (mon cerveau a besoin de chaleur)

      Supprimer
  8. Bien joué, et la chute est très réussie.

    Que d'anniversaires aujourd'hui, décidément !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Mina : le 15 février est un jour riche en festivités.

      Supprimer
  9. Les ennuis sont peut être pour le réveil,un manque d'inspiration qui t'as bien inspiré .
    En tant que belle mère j'évite les invitations le dimanche ....je les laisse mourir d'ennui chez eux .Na!..
    Merci pour ta bonne humeur .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exact : j'ai joué sur le singulier (car on ne peut pas dire que sa soirée fut folichonne) et le pluriel (pour en effet son lendemain qui s'annonce d'enfer : entre sa femme au saut du lit qui va l'adorer étalé dans le couloir et le repas fun avec gueule de bois). Bisous (j'adorerai passer mes dimanches chez mes parents et mes beaux-parents : la distance géographique trop grande m'est frustrante)

      Supprimer
  10. ah les repas chez belle-maman ^^ toujours épique :) bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi, ton "goûter" est très réussi !

      Supprimer
  11. heureusement qu'il y a un couloir, ça aide pour tenir droit, dans ces petits moments de tempête

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. n'oublie pas qu'il arrive à zigzaguer dans ce foutu couloir : il est beurré, mon héros, totalement (la preuve, il n'est même pas capable de saisir la poignée de la porte)

      Supprimer
  12. J'admire toujours tes productions, Philisine, bravo encore une fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Annie : j'aimerais lire aussi tes textes personnels (autre que tes si belles chroniques). Bisous

      Supprimer
  13. quel super dynamisme!
    bon, ça finit toujours comme ça avec le whisky...enfin on peut aussi tendre la joue gauche.... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la joue gauche sert à recevoir la claque de la femme au réveil ! enfin ce n'est qu'une suggestion. Bisous

      Supprimer
  14. Quel feu d'artifice. Même pas senti l'ennui !
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,
    Tu le fais mourir ton auteur ? Il ouvre la porte pour aller se coucher et puis patatras, il est poignardé par une ombre cachée. Les vrais ennuis commencent...
    Pas si radical ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je t'adore, ma Syl : tu lui en fais voir de toutes les couleurs à mon héros. Bon au moins il aurait des choses à raconter aux fantômes ! bisous

      Supprimer
  16. Philisine je ne me suis absolument pas ennuyée en lisant ton billet !
    J'aime bien l'idée de Evalire, ne pas inviter les enfants le dimanche, les laisser s'ennuyer chez eux ! J'ai trop connu ce genre d'obligations pour les imposer à mon tour...
    Bonne semaine et bises de Lyon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi, Soène : je n'aurais pas dû parler du dimanche !!!! bisous

      Supprimer
  17. Panne d'inspiration toi? En tous cas pas d'angoisse de la feuille blanche!
    Bien vu, tous les mots sont là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi, Célestine, de ce passage. je t'embrasse

      Supprimer
  18. Bravo, tu as placé tous les mots avant de t'écrouler

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, exactement : après l'effort le réconfort !

      Supprimer
  19. Elle a pourtant bien été présente cette inspiration ! Bravo !

    RépondreSupprimer
  20. ...S'ennuyer c'est....penser?....sympa petite insomnie!

    RépondreSupprimer
  21. Une bonne nuit de sommeil lui remettra peut-être les idées en place !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. avec un mal au crane à mon avis pour le dej chez la belle-mère : double peine, pour ce non-héros !

      Supprimer
  22. Moi j’ai adoré ce défi car nous sommes tous en panne créative, tous bourrés comme des coings et on s’emmerde tous comme des rats morts, mais ça c’est la faute à Aspho mdr!!!
    Par contre je ne me suis pas ennuyée à te lire hic!!! Oups ça c'est le whisky ;)
    Bises amicales!!!
    Domi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui en fait, je me rends compte que je ne suis absolument pas originale ! Comme quoi, nous sommes vraiment perméables aux mots. Bises

      Supprimer
  23. J'aime cette façon de t'exprimer dans ce texte, originel.
    gros bisous.

    RépondreSupprimer