Le jeudi, je me dis

que le salon du Livre de Paris ressemble à une immense foire, à un concert de la troupe des Enfoirés en version live livre ! Que de people à l'appel la pelle ou plutôt au m² (pour la seule journée du dimanche : Manu Katché, Frédéric Mittterand, Edwy Plenel, Katherine Pancol, Laurent Gaudé, Véronique Olmi, Maylis de Kerangal, Anna Gavalda, Sorj Chalandon, Claudie Gallay, Douglas Kennedy, Pierre Lemaître, même Marc Lavoine -super connu pour ses écrits, comme chacun sait -etc), des tonnes de bouquins, une invasion de pages et d'images, des tables rondes (histoire d'avoir le cerveau plus carré) bref, la profusion livresque digne du zolien Au Bonheur des dames.
Que retenir ?

1) Si vous cherchez un livre d'une petite maison d'édition, il y a des chances que vous y trouviez votre compte. Si c'est pour vous offrir le best-seller du moment sans dédicace, autant aller chez votre libraire préféré, cela vous reviendra moins cher (pensez au prix d'entrée 10 € fortement dissuasif pour porte-monnaie en berne)

2) Si vous pensez discourir avec votre auteur(e) préféré(e), alors n'envisagez pas plus de trois ou quatre phrases d'échange (surtout s'il (ou si elle) semble hyper attractif(ve) : les quelques dizaines de copains/copines qui font la queue derrière vous, vous regarderont d'un très mauvais oeil  (aiguisé en plus, n'oubliez pas qu'ils sont lecteurs !)). Sur une question posée à Maylis de Kerangal, nous avons été interrompues trois fois - à cause du bisou à une copine, du au-revoir à Marie Darrieussecq et de l'intervention d'une autre lectrice qui a osé me court-circuiter : patience, quand tu nous tiens ! Je n'ai jamais été aussi calme de ma vie.

3) Il y a de tout dans ce salon donc le mieux est quand même de prévoir à l'avance ce que vous voulez voir ou acheter etc, histoire de ne pas vous éparpiller (foi d'une lectrice totalement désorganisée) : pensez à amener votre pique-nique (le sandwich dieppois acheté sur place était indigeste - pain à peine cuit - et au prix exorbitant 6 € 20), à surligner en rouge les forums qui vous plairont, à repérer les dédicaces indispensables (pensez aux auteurs de BD : leurs dessins-souvenirs sont souvent très chouettes) et à rester peace and love (beaucoup de monde, de l'attente aux stands) etc. Les auteurs sont sympas, souvent disponibles mais très accaparés.

En conclusion
Le salon du Livre de Paris, une journée par an, c'est génial : pour y croiser des gens dont vous appréciez l'univers (j'ai fait la connaissance de la sublime Miss Léo), pour y retrouver les copains de Libfly Lucie Eple, François Annycke et Diane, pour prendre le temps de naviguer au gré des envies, pour échanger. Mais tout cela se prépare en amont grâce au site du Salon du Livre de Paris bien renseigné (Maintenant, je le sais : c'est l'avantage de l'expérience). J'adresse un énorme merci à Libfly pour cette invitation.
Partners

43 commentaires:

  1. Aïe j'ai aussi raté miss Léo, alors...
    Sinon, je suis d'accord avec toi, je me suis consacrée aux moins connus, et là on peut prendre son temps!
    Il faudra aussi que j'apprenne à mieux parcourir le site du salon, mais là, c'est pas gagné!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien aussi de naviguer sans chercher absolument à suivre un itinéraire parfaitement huilé et établi. Il est bon aussi de se laisser des marges horaires pour tout.

      Supprimer
  2. J'y étais l'année dernière et du coup je n'avais aucune envie d'y retourner cette année. Rien que cette salle noire de monde où on ne peut circuler tranquillement me stresse. La queue monstrueuse pour une simple signature m'effare. J'aimerais bien échanger deux mots et obtenir une dédicace, mais je n'ai pas la patiente d'attendre pour cela. Je préfère du coup les séances dans les petites librairies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord et connais mieux mes envies
      1) j'adore les tables rondes
      2) j'aime les rencontres en libraire où un auteu a le temps de replacer son œuvre.

      Supprimer
  3. Miss Léo est sublime ? Waouh !
    Je relève tous tes conseils pour un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il paraît (j'en suis la première surprise)... Mais j'y suis pour rien, hein ! ;-)

      Supprimer
    2. tu as des yeux magnifiques : un regard transparent !

      Supprimer
  4. Merci pour ces conseils. Les salons de province n'ont pas tous ces inconvénients !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis ravie d'y être allée : j'ai eu l'impression d'être portée par une vague !

      Supprimer
  5. Vous semblez, toutes enchantées de l'expérience malgré les files, les passe-droit, les yeux noirs, les bras chargés... Les rencontres de blogueurs font l'unanimité. Merci pour tes précieux conseils qui j'espère me seront utiles lors d'une prochaine édition!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. retrouver des blogueurs fait partie aussi des bonnes surprises : enfin, mettre un visage sur un nom connu ! Bises

      Supprimer
  6. Je crois que je préfère mille fois vos compte-rendus que de m'y rendre moi même... D'une je suis allergique à la foule et ensuite je préfère les petites rencontres avec un seul auteur dans une librairie :0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'avais envie de parler de mon expérience, de ce que j'ai retenu : après cela reste un vécu personnel et ce n'est pas sûr qu'il soit généralisable à tous.

      Supprimer
  7. Oh là là, trop sportif pour moi, ce salon .... Même si il s'y passe sûrement des rencontres sympas, je vais rester dans ma province où, quand salons, il y a, ils sont bien plus paisible. Samedi et dimanche par exemple, dans une salle de ma ville, il y aura Chalandon, R. Frégni, Colic et d'autres que je vais m'empresser d'aller découvrir !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. que de beau monde ! c'est chouette : tout ne se résume pas à la capitale ! Bisous

      Supprimer
  8. Mais oui, le pique-nique, Philisine, c'est l'occasion de discuter un peu tranquillement avec les copines ! Et meilleur, on est d'accord... J'y suis allée dimanche aussi, mais j'ai évité les endroits chargés (enfin, tant que faire se peut, il faut jouer des coudes dans les files !) J'ai croisé Pierre Lemaître dans un bouchon mais il ne m'a pas reconnue, zut alors ;-) (je l'avais vu au Furet du Nord)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre Lemaître était très occupé et je ne te parle même pas de Werber (une foule l'attendait de pied ferme)

      Supprimer
  9. Si j'y étais allé dimanche plutôt que samedi, j'aurais absolument tenu à te voir, tu penses bien ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et si j'y étais allée samedi, idem ! Mais samedi était compliqué pour moi.

      Supprimer
  10. Il faudra que j'y aille une fois dans ma vie

    RépondreSupprimer
  11. A quelques détails près, j'avais fait des observations semblables la première fois que j'étais allée à la Foire du Livre de Bruxelles (que je prépare toujours minutieusement à l'avance depuis). Tu serais prête à renouveler l'expérience au Salon du Livre l'année prochaine ? Peut-être s'y rencontrera-t-on si je me décide et vainc ma peur de la foule (c'est déjà parfois difficile à Bruxelles et il paraît que Paris est pire...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je suis plus que prête à y retourner avec déjà une envie de table ronde (au moins une, histoire de me poser), de cibler un ou deux auteurs de BD et romanciers, voir les petites maisons d'édition, acheter des poches et les faire dédicacer (cela coûte moins cher et on a une trace écrite de la rencontre)

      Supprimer
  12. J'étais à Paris samedi mais avec l'objectif de voir mon fiston et j'avoue que la foule que j'imaginais dans ce salon m'effrayait un peu...peut être une autre fois et bien préparée comme tu le dis .En attendant je me suis plongée dans au bonheur des dames ...( amusante coïncidence)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est super : nous sommes faites pour nous entendre !!!!

      Supprimer
  13. Pour avoir habité Paris très longtemps et être allée tous les ans au salon du livre, je comprends cette envie d'y être attirée malgré la foule pour essayer de voir ou apercevoir nos auteurs préférés et d'être entourée par autant de livres à la fois. Sinon as-tu acheté beaucoup de livres ? Florence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente question : j'ai acheté un livre Corniche Kennedy (en poche). Tu sais : l'abondance a tendance à me dégoûter l'envie d'acheter (oui, je suis contrariante). Trop de choix tue mon choix !!!!

      Supprimer
  14. Je suis comme Lor rouge et le salons à taille ( ou dimension) humaine me conviennent très bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te comprends : c'est une bonne expérience malgré tout. Et surtout quel plaisir de voir Marc Lavoine en chair et en os (bon, habillé tout d emême)

      Supprimer
  15. c'est là qu'être étudiante était si délectable avec cette fameuse entrée gratuite...mais de toute façon on le sait, le Salon du livre c'est la certitude de se ruiner, d'avoir très chaud et d'avoir en sus quelques accrochages légers avec les passants... surtout quand un grand nom de la politique vient y faire sa pub :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'évite la politique car je ne suis pas convaincue que ces personnalités écrivent seul(e)s leur bouquin. Bises

      Supprimer
  16. Les auteurs que je voulais voir n'étaient pas saturés du tout, j'ai pu parler tranquillement. Tu as raison de souligner qu'il faut préparer un peu, sinon tu passes à côté de tout. Je me concentre sur ce que j'ai envie de faire et je regarde le reste avec amusement, on sait que c'est du spectacle. J'aurais bien aimé te recontrer, mais j'étais là le samedi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, cela m'aurait bien fait plaisir de te voir : une prochaine fois, je viendrai le samedi !!!!

      Supprimer
  17. Maylis de Kerangal était très demandée mais d'autres auteures, comme Valetine Goby pourtant très aimée des blogueuses étaient très accessibles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais Valentine Goby, je la laisse à d'autres car j'ai eu le bonheur de la rencontrer deux fois en une année et d'avoir pris le temps de parler avec elle la première fois. Bises

      Supprimer
  18. bon, il me fait du bien ton billet, parce que j'ai très peur de la foule...et je ne suis pas sûre que je me serais sentie si bien que ça dans cette ambiance (sans compter que je ne suis pas très fans des auteurs en personne physique), en revanche le regrette de tout mon coeur de n'avoir pu croiser les blogueurs.
    des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aimerais bien te rencontrer un jour, tu le sais ?

      Supprimer
  19. Ton compte-rendu est parfait ! Ravie de t'avoir croisée, ma non moins sublime Phiphi. A très bientôt.
    P.S. Je viens de finir Naissance d'un pont. Totalement convaincue par le style de MdK !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'était sympa d'arpenter ensemble le salon : en long et en large ! bisous

      Supprimer
  20. Je croyais avoir commenté... vraiment fatiguée en ce moment. Pour ma part, j'achète des livres peu connus et essaie de rencontrer des auteurs. Quand j'y pense, j'ai un peu dévalisé le stand Pocket/10/18 (sept livres achetés, tous dédicacés).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je suis d'accord avec toi : acheter des poches et les faire dédicacer ! Porte-monnaie moins allégé et surtout une petite trace de la rencontre. C'est sympa et cela redonne l'importance du moment : le o^t de la lecture. bises

      Supprimer
  21. Bonjour Philisine, ayant été à la soirée d'inauguration, je n'ai vu personne ni croisé personne en particulier mais c'était bien agréable quand même. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'imagine que c'était sympa ! bisous (chanceuse)

      Supprimer