Le peintre d'éventail - Hubbert Haddad ***

Le peintre d'éventail est un roman initiatique qui vaut largement pour sa forme (prose poétique) que pour son fond (même si la narration reste sympa). Hubert Haddad présente un trio d'hommes, trois générations qui se croisent au détour d'un jardin japonais. Il y a d'abord Maître Osaki, orfèvre paysagiste et peintre à ses heures, puis Matabei Reien parachuté dans cette contrée d'Atôra suite à un drame l'impliquant et enfin le jeunot Hi-Han, pas si bête que cela, fin cuisinier lettré qui ne le sait pas encore mais que les aléas de l'existence vont tâcher de lui dévoiler.
Terreau d'amours clandestines et refuge de cette masculinité plurielle, l'auberge de dame Hison recèle de trésors insoupçonnés : « Là, tout n’est qu’ordre et beauté,  Luxe, calme et volupté.» Charles Baudelaire nous invitait au voyage, Hubert Haddad le décrit. Mais comme toujours, les passions couvrent, les événements naturels se déchaînent et le bazar arrive vite dehors (et dans les cœurs).

Indéniablement, l'écriture de Hubert Haddad est reconnaissable par son lyrisme. Créateur de haïkus (les experts de cet art apprécieront), il raconte cette terre de contrastes que représente le Japon d'aujourd'hui, lieu de souffrance (de la seconde guerre) mutilé par des catastrophes naturelles engageant d'autres plus nucléaires. Le rythme japonisant du style donne un souffle épique intéressant à ce récit. Toutefois, j'ai eu le sentiment qu'Hubert Haddad se regardait parfois écrire, par l'emploi de néologismes un peu obscurs comme complexion (page 36) ou opposite (page 21) par exemple, et aussi sur certains haïkus qui m'ont paru artificiels et manqués de sincérité. Je pense aussi que ce texte a souffert de la comparaison et du rapprochement avec Neige de Maxence Fermine, lu pourtant il y a déjà quatorze ans. Les thèmes et la narration m'ont semblé si proches que je n'ai pas su trouver l'originalité dans le traitement fait par Hubbert Haddad.  

Néanmoins, Le peintre d'éventail reste un très joli roman sur la transmission (partage des arts et techniques, empreintes par-delà la mort), sur l'apprentissage de la vie (dépasser les deuils et la douleur physique de l'absence, savoir grandir au-delà de n'importe quelle épreuve) et le dépassement de soi. Agréable, dépaysant et rafraichissant (malgré quelques coquilles orthographiques disséminées ici et là. Malheureusement, cela devient monnaie courante, en particulier sur un autre livre sélectionné du prix Biblioblog). 

page 47
« Un amant silencieux était pour elle une bénédiction. Celui qui se tait n'attend rien de vous. »

et mes deux haïkus préférés

Nuit de tempête -                                                                 Chant de mille automnes
la branche contre un volet                                                    le monde est une blessure
parle des esprits                                                                    qu'un seul matin soigne
prix_2014b2d.png
Éditions Zulma 
Rentrée littéraire Janvier 2013

Lu dans le cadre du prix Biblioblog 2014.

avis : notre Geronimo national (un immense merci pour ce cadeau que tu m'as fait là en m'offrant cet ouvrage) Zazy, Kathel, SharonMarilyne, Jostein, Miss Alfie, Mimipinson, Emmanuelle Caminade, Karine, Miss G, Miss Bouquinaix,

et un de plus pour les challenges de Denis et Fabienne et d'Asphodèle (Prix Louis-Guillon 2013, prix Océans France Ô 2014 et Prix Biblioblog 2014 !)
A tous prix
évasion musicale : All of me - John Legend


25 commentaires:

  1. Il est à la médiathèque, mais comme toi je craignais la comparaison avec "Neige"... On verra...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu aimeras ce roman, enfin je le pense !

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup le titre de ce roman, qui me fait rêver. J'avais prévu de le lire mais me temps passe et d'autres envies sont arrivées entre temps. Bonne journée Philisine ! Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à mon avis, il devrait débouler dans une future sélection Audiolib ! bisous

      Supprimer
  3. Des coquilles chez Zulma ? Je suis étonnée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est rare chez cet éditeur mais j'ai trouvé des imperfections dans le lyrisme de l'auteur. C'est tout.

      Supprimer
  4. Je passe !! Pas trop envie de ce genre d'écriture en ce moment ...

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas lu Neige, donc je ne peux pas comparer, mais tu sais à quel point j'ai aimé ce roman (contrairement à son dernier paru en début d'année et dont je n'ai même pas parlé tant il m'a déçu).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, tu m'as fait un sacré cadeau qui remporte prix littéraire sur prix littéraire. Mille mercis !

      Supprimer
  6. Il vient de recevoir le prix Océans (oui, je sais, je le répète en boucle depuis mardi).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est noté, c'est noté, Miss Sharon ! Des bises

      Supprimer
  7. J'ai l'intention de le lire depuis longtemps, maintenant qu'il est sorti en poche, je n'ai plus d'excuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je peux te l'envoyer si tu le souhaites !!!!! en LV, bien sûr.

      Supprimer
    2. Merci Philisine, mais j'ai vérifié, il est disponible à la bibli (le recueil de haïkus aussi), c'est encore plus facile :-))

      Supprimer
  8. J'ai emprunté son dernier roman à la bib. Pas sûre d'avoir le temps de le lire, mais c'est un auteur que j'ai envie de découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je peux te prêter Le peintre d'éventail, si tu veux ?

      Supprimer
  9. J'ai parcouru " le magasin d'écriture" de cet auteur...intéressant mais complexe et pontifiant... Je passe mon tour:))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux te passer Le peintre d'éventail si tu veux retenter l'expérience. Bisous

      Supprimer
  10. je n'avais pas aimé neige alors je passe également

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le peintre d'éventail est légèrement différent même si certains thèmes sont repris. Bises

      Supprimer
  11. Pas du tout attirée par cet auteur, je ne sais pourquoi ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pourtant je pense que tu aimerais plus ce roman que moi. Enfin, je peux bien sûr me tromper.

      Supprimer