Liberté dans la montagne - Marc Graciano ***

C'est un premier roman ample, nourri et hyper détaillé que nous dévoile l'auteur Marc Graciano. J'aurais aimé être séduite à la folie, je reste juste estomaquée par le boulot d'écriture, par la multitude d'informations et l'intelligence de la prose. Il y a juste un énorme bémol à mes yeux : le tempo de l'intrigue qui aurait bien mérité une petite révision.
Un couple déambule dans une province moyenâgeuse. D'eux, on ne connaîtra que l'appellation : le vieux et la petite. Au gré de leurs pérégrinations, ils font la rencontre d'un sauvageon, de cavaliers en joute, d'un abbé philosophe, de nomades guerriers, d'un veneur amoureux de la faune, de chasseurs hors pairs et de deux frères fêlés. En osmose avec la nature, le vieux emmène la petite, là où il a promis (et nous avec, tant qu'à faire).

Commençons par les qualités intrinsèques de ce premier roman :
1) un marquage littéraire déjà prononcé et intelligemment effectué : Marc Graciano use de répétitions de groupes nominaux sur trois ou quatre phrases, comme une sorte de ressac littéraire. Ce qui pourrait paraître lourd chez certains, ne l'est pas chez lui car il utilise ce procédé avec parcimonie (même si je n'ai pas adhéré totalement à cette forme d'écriture, il faut bien le reconnaître, qui m'a parue lassante à la fin).
2) un énorme travail d'archives pour implanter une époque lointaine (le Moyen-Age), son ambiance et sa violence (des duels, des viols, des massacres, des hommes qui par leur inculture ressemblent davantage à des bêtes sauvages) et la faire sentir à son lectorat : là aussi, totale réussite et franchement, le plantage guettait.
3) l'intelligence de ne pas nommer ses héros : à cette époque, un homme représentait un corps, les liens affectifs existants n'étaient autant exprimés que maintenant. Résultat : chaque intervenant est notifié soit par sa fonction (le veneur, le chasseur, le cavalier, l'abbé, le berger), soit par son âge (le vieux, la petite), soit par son sexe (la jeune femme), soit par une relation familiale (les deux frères). C'est suffisamment rare pour être apprécié.

Maintenant ce qui a fait que j'ai seulement apprécié Liberté dans la montagne sans totalement l'adorer.
1) le problème de tempo évident m'a vraiment gênée : la première partie du roman se résume à une enfilade de rencontres sans grande cohérence, la seconde partie mieux construite enchaîne les éléments et aurait bien mérité d'être le corpus du texte. Résultat : je me suis ennuyée au début (en me demandant où voulait en venir l'auteur : c'est bête pour une quête, non ?), j'ai apprécié le milieu et je suis arrivée essoufflée sur la fin (très mauvais pour la grande sportive que je suis)
2) j'aurais aimé plus de relations nourries entre les différents protagonistes (l'auteur s'est borné à des descriptions de scènes). Je ne peux pas lui en vouloir, vu les efforts titanesques qu'il a fournis auparavant. Mais du coup, son intrigue en demeure décousue (au moins sur une grande partie du texte). On zappe d'une scène à l'autre, d'un lieu à une place : c'est juste l'occasion de décrire des pendaisons ou des scènes morbides (moyen, quoi !)
D'où ma note : 3/5 (je suis d'une logique implacable et j'ai totalement conscience de m'attirer les foudres des aficionados de Liberté dans la montagne)

À vous de voir (et de lire)
prix_2014b2d.png

Premier roman 2014Éditions Corti  - Domaine français (303 pages consacrées au texte)


avis: Keisha, Dominique, Claudialucia,

Lu dans le cadre du prix Biblioblog 2014. 
Exemplaire emprunté à Catherine (Biblioblog)

et un de plus pour le challenge de Daniel

16 commentaires:

  1. J'ai lu une centaine de pages et je l'ai laissé de côté, ce n'était pas le moment. Je me promets de le reprendre, mais il faut être très disponible (dans sa tête) pour ce genre de roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tu as raison, il nécessite du temps. Bises

      Supprimer
  2. Je l'ai noté depuis longtemps et il me fait toujours envie, mais je pensais que c'était un roman plus facile d'accès... Je suis donc prévenue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exact : surtout la première partie ! La seconde est mieux rythmée et coule de source.

      Supprimer
  3. Jamais entendu parler comme les 3 derniers romans que tu présentes d'ailleurs !!! Mais l'offre est tellement gigantesque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, c'est clair ! Et je te rassure, je n'avais jamais entendu parler des œuvres proposées (à part le fameux peintre) avant de les découvrir pour ce prix.

      Supprimer
  4. J'ai aimé ma découverte, un univers particulier, une écriture qui demande de l'attention. Un auteur qui ne cherche pas la facilité. Je reconnais que les rencontres du début s'enchainent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'enchainent, c'est sûr ! Mais je ne les ai pas trouvées cohérentes, à part pour dévoiler toute la violence de l'époque.

      Supprimer
  5. Réponses
    1. oui, je suis vraiment d'accord sur ce point. Bisous

      Supprimer
  6. Merci pour cette nouvelle participation au Défi Premier roman! :-)

    RépondreSupprimer
  7. Etant donné que je suis passionnée par l'époque médiévale, je devrais apprécier... d'autant plus qu'il est rare de trouver de vrais bons livres sur cette époque, la plupart étant truffés d'anachronisme. Je note donc celui-ci, qui malgré ses défauts me paraît très tentant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un médiéval vrai et pur je pense que tu devrais y trouver ton compte ! Bisous et merci de ton passage.

      Supprimer
  8. Pas du tout tentée par ce genre...

    RépondreSupprimer