Premières sélections

Pour le prix Goncourt 2014 (15 en piste dont 4 romans issus d'écrivaines soit un taux de représentativité féminine proche de 27%)

♦ Adrien Bosc, « Constellation » (Stock)
♦ Kamel Daoud, « Meursault, contre-enquête » (Actes Sud) 

♦ Grégoire Delacourt, « On ne voyait que le bonheur » (JC Lattès)
♦ Pauline Dreyfus, « Ce sont des choses qui arrivent » (Grasset)
♦ Clara Dupont Monod, « Le roi disait que j'étais diable » (Grasset)
♦ Benoît Duteurtre, « L'Ordinateur du paradis » (Gallimard)
♦ David Foenkinos, « Charlotte » (Gallimard)
♦ Fouad Laroui, « Les Tribulations du dernier Sijilmassi » (Julliard)
♦ Gilles Martin-Chauffier, « La femme qui dit non » (Grasset)
♦ Mathias Menegoz, « Karpathia » (P.O.L)
♦ Éric Reinhardt, « L'Amour et les Forêts » (Gallimard)
♦ Emmanuel Ruben, « La Ligne des glaces » (Rivages)
♦ Lydie Salvayre, « Pas pleurer » (Seuil)
♦ Joy Sorman, « La Peau de l'ours » (Gallimard)
♦ Éric Vuillard, « Tristesse de la terre » (Actes Sud)

A la demande de Mina, voici la composition du Jury Goncourt :
Paule Constant, Pierre Assouline, Régis Debray, Françoise Chandernagor, Bernard Pivot,
Didier Decoin, Edmonde Charles-Roux (présidente), Philippe Claudel, Patrick Rambaud, Tahar Ben Jelloun, soit 3 femmes dans ce groupe de 10 (taux féminin des votes : 30% )

Pour le Renaudot 2014 
    Côté Romans (17 en piste dont 6 issus d'écrivaines soit un taux de représentativité féminine proche de 35% ... attention, Jury Renaudot, ressaisissez-vous, on approche des 50% !!!!! )

« Constellation », par Adrien Bosc (Stock)
« Dans les yeux des autres », par Geneviève Brisac (l’Olivier)
« Meursault, contre-enquête », par Kamel Daoud (Actes Sud)
« Le Roi disait que j’étais le diable », par Clara Dupont-Monod (Grasset)
« Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive», par Christophe Donner (Grasset)
« Photos volées », par Dominique Fabre (l’Olivier)
« L’Oubli », par Frederika Amalia Finkelstein (l’Arpenteur)
« Charlotte », par David Foenkinos (Gallimard)
« Incident voyageurs », par Dalibor Frioux (Seuil)
« Joseph », par Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel)
« Les Enquêtes de Mr. Proust », Pierre-Yves Leprince (Gallimard)
« Autour du monde », par Laurent Mauvignier (Minuit)
« La Femme qui dit non », par Gilles Martin-Chauffier (Grasset)
« La Musique des illusions », par Jean-Jacques Moura (Albin Michel)
« Pétronille », par Amélie Nothomb (Albin Michel)
« L’Amour et les forêts », par Eric Reinhardt (Gallimard)
« Pas pleurer », par Lydie Salvayre (Seuil)

  Côté Essais (6 en piste dont 2 issus d'écrivaines soit un taux de représentativité féminine proche de 33% : une baisse de régime, pour faire comme les copains du Goncourt ? )

« De chez nous », par Christian Authier (Stock)
« La Femme », par Bénédicte Martin (Ed. des Equateurs)
« Jules Ferry », par Mona Ozouf (Gallimard)
« Dictionnaire amoureux de la Résistance », par Gilles Perrault (Plon)
« Comme des barbares en Inde », par Jean-Claude Perrier (Fayard)
« Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas », par Paul Veyne (Albin Michel)

A la demande de Mina, voici la composition du Jury Renaudot :
Christian Giudicelli, Dominique Bona, Franz-Olivier Giesbert, Georges-Olivier Châteaureynaud, Jean-Marie Gustave Le Clézio, Jean-Noël Pancrazi, Louis Gardel, Patrick Besson, Jérôme Garcin, Frédéric Beigbeder, soit 1 femme (Dominique Bona) dans ce groupe de 10 (taux féminin des votes : 10% )  


Tout cela pour vous dire que 
  1) les présélections augurent en termes de chance de succès pour ces trois prix, une célébration masculine : encore et toujours. Ce sont ces présélections assez sexistes qui empêchent l'accès aux prix littéraires d'écrivaines méritantes.
  2) la composition même des jurys laisse à désirer.

Bravo à Lydie Salvayre, Amélie Nothomb, Clara Dupond-Monot, Pauline Dreyfus, Joy Sorman, Marie-Hélène Lafon, Frederika Amalia Finkelstein, Bénédicte Martin, Geneviève Brisac et Mona Ozouf !

Pas d'Emmanuel Carrère (malgré une com' d'enfer), mais Grégoire Delacourt, Benoît Duteurtre et David Foenkinos. Étonnant, tout cela !

Et enfin, une ex-Première compagne présidentielle qui déboule sur le marché avec ses confidences olé-olé : le monde littéraire s'en trouve grandi !

21 commentaires:

  1. Hé oui, c'est une bonne idée de voir le % de femmes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un fait incontestable et navrant. Bisous

      Supprimer
  2. Je l'ai remarqué aussi ; ça ne changera donc jamais :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faudrait que les jurys changent en profondeur. Ce serait un bon début.

      Supprimer
  3. Je l'ai remarqué également. Je suis allée chez mon bouquiniste préféré aujourd'hui, et pour le même prix que le fabuleux roman d'une ex-compagne de président, je suis repartie avec six romans, dont trois grands formats.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as fait une excellente affaire. A mon avis, dans deux jours, on ne parlera plus du bouquin de VT. Et dans deux semaines, on trouvera les exemplaires bradés à 5 euros pièce (c'est encore trop cher) sur des sites de vente libre.

      Supprimer
  4. Ce n'est pas l'ex compagne qui va relever le niveau, c'est certain. A-fli-geant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment cela, tu oses prétendre que VT ne mérite pas le Goncourt ? Le pire est qu'elle vend très bien son linge sale. Je l'espérais plus classe. je suis déçue.

      Supprimer
  5. Je me demande combien de femmes il y a dans ces jurys...

    Je suis moi aussi étonnée par la présence de Delacourt dans la sélection ; peut-être moins par Foenkinos, mais il est certain que l'absence de Carrère pose question sur ceux qui ont été choisis... Un Goncourt "grand public" cette année ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir répondu à ma question ! Ça ne m'étonne pas beaucoup... J'ai l'impression que le milieu littéraire reste très masculin dans son ensemble, à part peut-être dans les auditoires (parmi les étudiants en littérature française, dans mon université, la majorité écrasante est féminine ; parmi les professeurs, on n'y est pas encore par contre...)

      Supprimer
    2. Les femmes sont sous-représentées dans la société : c'est un moyen qu'ont trouvé les hommes, de les maintenir au rang de subalternes, en les empêchant d'accéder à des positions décisionnaires.

      Supprimer
  6. Pourtant, les femmes savent écrire que diantre !!!

    RépondreSupprimer
  7. Et dire que certains se précipitent sur le torchon de madame T. ... ça me tue. La liste est belle, même si peu de femmes... Mais vient faire Delacourt dans les "Goncourables" potentiels?????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que Delacourt a écrit son chef d’œuvre.

      Supprimer
  8. Dans tout ça, le seul que je suis sûre de lire ce sont les mémoires de Paul Veyne. Je vais d'ailleurs l'acheter.
    Quant au livre d'Emmanuel Carrère, j'espère le trouver à la bibliothèque pour le lire. On en parle tant, et cela m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sure de lire Carrère, ni d'autre d'ailleurs. Je verrai bien.

      Supprimer
  9. Carrère pas dans les prix ? C'est vrai que la pub est monstrueuse ! enfin... pas autant que pour VT !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est clair : mais on a quand même beaucoup vu la tête d'Emmanuel !

      Supprimer
  10. Je me méfie toujours des prix littéraires. Je pense que tout ça manque d'honnêteté et puis je préfère lire l'avis des blogueurs que des professionnels.
    Passe une bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup les prix littéraires venant de lecteurs ou mixtes professionnels/lecteurs. Cela a tendance à ma rassurer sur le caractère objectif et non acheté du prix.

      Supprimer