L'avis de Val, blogueuse itinérante

Entretien avec Cécile Coulon autour du Cœur du Pélican

Mes élèves ont la chance de travailler avec Cécile Coulon qui est en résidence à Louviers pour plusieurs semaines. Lors de leur première rencontre, ils ont posé quelques questions à Cécile suite à la lecture de quelques extraits du Cœur du Pélican, publié en janvier 2015 chez Viviane Hamy.

Cet échange fut si intéressant à suivre que je ne résiste pas à l’envie d’en partager quelques extraits avec vous.
image captée sur le site des éditions Viviane Hamy
Le cœur du Pélican est-il inspiré d’une histoire réelle ?

Cécile Coulon : Non, il est inspiré d’une scène de Forrest Gump au cours de laquelle le héros se met à courir et fait le tour des Etats-Unis sans s’arrêter. J’ai aussi pensé à une gymnaste, Emilie Le Pennec, qui a disparu de la circulation après sa médaille d’or et je me suis demandée ce qu’elle était devenue. Avait-elle continué les concours mais n’avait plus jamais remporté de trophée, ou avait-
elle arrêté sa carrière sur cette médaille
?

Est-ce que les pensées des personnages traduisent vos propres pensées ? Ce roman est-il autobiographique ?
Cécile Coulon : Parfois, l’écrit permet de transmettre ce qu’on ne peut dire. J’utilise des émotions ressenties, mais pas des évènements de ma propre vie. Parce que ce serait manquer d’imagination mais aussi parce que ma vie est aussi celle de mes proches et que j’éprouve de la pudeur par rapport à ma famille et à mes amis qui vont me lire. Je pense qu’on n’a pas le droit d’utiliser la vie de nos proches pour un roman qui va devenir public. Dans Le Cœur du Pélican, il y a une relation frère/ sœur qui frôle l’inceste. Lors d’une présentation du roman à Clermont-Ferrant, on m’a demandé si j’avais vécu une telle relation, j’ai vu mes frères blêmir en entendant cette question. C’était bien sûr un pur élément de fiction.

Pourquoi avoir choisi l’image du pélican ?

Cécile Coulon : Au Moyen-âge, le pélican était représenté en train de s’arracher le cœur avec son bec pour nourrir ses enfants. Je trouve cette image de sacrifice très belle. Dans mon roman, Anthime sacrifie tout pour plaire à ses admirateurs et à ceux qui croient en lui, même sa femme et ses enfants.
portrait de Cécile Coulon, capté sur le site de France Culture
Pourquoi vos personnages paraissent-ils tous solitaires dans le Cœur du Pélican?

Cécile Coulon : Pour créer un personnage, il faut s’arrêter sur eux et faire abstraction de ce qui les entoure. Pour les comprendre, il faut aller chercher ce qu’il y a de plus violent en eux. C’est pour ça qu’ils peuvent paraître solitaires mais ils ne le sont pas forcément.

Comment choisissez-vous vos titres ?

Cécile Coulon : Je propose une liste de titres à mon éditrice, Viviane Hamy, qui en choisit un. C’est souvent un titre de poème. Ce titre-ci provient d’un poème de Musset.

Vivez-vous de votre plume ?

Cécile Coulon : Depuis trois ans, j’en vis, oui mais je ne vis pas à Paris et je n’ai pas d’enfants. Je touche 1.20 € sur chaque exemplaire du Cœur du Pélican vendu. Il faut aussi payer l’éditrice, l’imprimeur, les libraires et les autres intermédiaires. Quand on vend 10 000 exemplaires d’un roman, c’est un palier important car on intéresse alors les éditions de poche qui paient des droits pour publier le livre, droits que se partagent l’éditeur et l’auteur. C’est ce qui permet à l’auteur de vivre de l’écriture. Mais un auteur peut aussi gagner de l’’argent en écrivant des scénarios pour la publicité, le cinéma ou les séries télévisées. 
Quand vous êtes un écrivain célèbre, les transactions entre éditeurs pour vous avoir dans une maison d’édition peuvent s’élever à des millions d’euros.

[note : les paliers varient selon les livres de poche]
Logo Terres de Paroles
Festival du 26 mai au 7 juin 2015 
Un grand merci à Cécile pour son enthousiasme qui a conquis mes élèves, pour son éternel sourire aussi. Merci aussi à Erwan et Marie qui s’occupent des relations avec les scolaires dans le cadre du Festival Terres de Paroles. C’est une chance inestimable pour mes élèves et pour moi (qui ne suis que prof d’anglais et non de littérature- mes élèves me demandent parfois pourquoi c’est moi qui m’occupe de ça) de pouvoir participer à ces beaux moments d’échange.

présentation du programme de Terres de Paroles : ici
                                                                                                              by Valérie

36 commentaires:

  1. C'est une sacré chance pour les élèves de pouvoir échanger comme cela avec un auteur. J'ai hâte d'avoir le programme complet du festival.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'a plus longtemps à attendre. .°

      Supprimer
  2. de quoi donner envie de lire le Cœur du Pélican!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. L'écriture est finement ciselée.

      Supprimer
  3. Ce qui me plaît beaucoup dans l'interview qu'ont mené tes élèves, Valérie, est cette curiosité sur la création et aussi sur la vie d'un écrivain : ils sont cash (c'est le cas de le dire). Du coup, l'auteure, généreuse, se dévoile. J'ai aimé son sentiment sur l'autofiction et sa réponse sur son niveau de vie. Elle est simple et accessible : elle n'y va pas par quatre chemins pour dire les choses. Bon compte-rendu en tout cas : tu peux augmenter leur moyenne trimestrielle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cécile est très simple, très abordable. Vraiment, les élèves l'adorent et elle leur fait faire des choses qu'ils ne feraient pas avec moi.
      ;) Je vais envisager la chose (peut-être pas vraiment mais je mettrai une appréciation en conséquence).

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup la simplicité et la sincérité de ses réponses. Un échange très intéressant. Cela me donne envie de découvrir cette auteure!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le roi a sommeil a été reconnu par les média et son dernier a très bonne presse. Tu as le choix.

      Supprimer
  5. Très intéressant entretien ! C'est clair que c'est une chance pour les élèves de pouvoir faire de telles rencontres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, pour moi aussi. Et je crois qu'ils en sont aussi conscients que moi.

      Supprimer
  6. Oui c'est très intéressant de lire ces questions-réponses. Les élèves ont de la chance d'avoir pu échanger avec l'auteure mais aussi d'avoir comme professeur une passionnée de littérature qui prend en charge ce genre d'échange !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Notre chance est aussi d'avoir un Festival comme Terres de Paroles qui permet ces beaux échanges.

      Supprimer
  7. On sent beaucoup de fraîcheur chez cette auteure et franchement, ça fait du bien. J'avais beaucoup aimé "Le roi n'a pas sommeil" mais je ne l'ai pas relue depuis. Il faudrait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi.
      Je te confirme, il faudrait. ;)

      Supprimer
  8. Il faut dire que quelques années seulement séparent tes élèves de cette jeune auteur(e) ; cela ne peut que faciliter une parole "vraie" et leur permettre de s'intéresser voire s'identifier . Chouette moment en vérité , bravo à toi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mior de me rappeler qu'ils sont plus proches en âge de Cécile que moi d'elle. ;)
      C'est évident que ça joue mais la jeunesse n'explique pas tout, elle sait très bien s'y prendre pour les mener aux activités qu'elle a choisies.

      Supprimer
  9. Très intéressant... les élèves posent des questions qu'on ne pourrait pas imaginer poser en tant que lecteur adulte, et encore moins en séance de dédicaces ! Comme Jérôme, sinon ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors même réponse qu'à Jérôme.
      Ces questions sont vraiment les leurs, elles sont venues naturellement après avoir lu ensemble quelques extraits (et avoir réfléchi dessus).

      Supprimer
  10. merci de nous faire partager cette rencontre.cet interview est agréable pour la spontanéité des questions et des réponses cela donne envie de connaître cette jeune auteure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle mérite d'être découverte, et sa plume tout autant.

      Supprimer
  11. Je ne doute pas une minute du fort potentiel de cette jeune auteur, je n'ai pas du tout aimé le rire du grand blessé qui faisait déjà vu et revu, sûrement des lectures mal digérées mais je sais pour lire sa poésie sur FB qu'elle ira loin, elle a la niaque des sportifs et des gagnants ! Son dernier semble plus abouti (de bons échos) mais je trouve formidable ces contacts avec les plus jeunes : elle est crédible et c'est du bon boulot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est très crédible. Je dis souvent -et à qui veut l'entendre) que je lui prédis un grand succès comme De Kerangal avec Réparer les vivants.

      Supprimer
  12. Ah, si seulement j'avais eu un(e) prof comme toi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je savais le faire, je mettrais un smiley qui rougit. ;)

      Supprimer
  13. Génial Phili...je voulais aussi lui demander une petite interview comme j'avais fait avec Jean-Philippe Blondel. J'aime beaucoup Cécile Coulon. Je viens de lire Le couer du Pélican et c'est un vrai coup de coeur justement...enfin ! Je dis enfain car j'ai lu déjà 3 de ses romans avant, j'ai toujours aimé ce que j'ai lu mais il me manquait quelque chose. Et là, dans ce livre je l'ai trouvé. Je me dis aussi que comme elle pratique la course dans la vraie vie, Cécile a peut être mis un peu plus d'elle-même dans son pélican. Elle a du talent c'est certain. Et pour une fois, je trouve génial que tu lui ai posé la question financière et qu'elle ait répondu avec autant de franchise.
    Bref un super livre et une auteur à suivre...et bravo pour cet article !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon...génial Valérie !!

      Supprimer
    2. IL y a de quoi s'emmêler les pinceaux! ;)
      Sans aucun doute, on sent qu'elle connaît la course quand on lit son roman. Et je suis tout à fait d'accord, son talent indéniable.

      Supprimer
  14. c'est gentil tout ce que vous dites là et ça me donne la pêche, thanx!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as besoin de pêche pour ton week-end à Metz, ça tombe bien. ;)
      C'est vraiment mérité, Cécile.
      Et reviens-nous en Normandie en pleine forme lundi.

      Supprimer
  15. Encore une auteure qu'il me reste à découvrir...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement qu'il nous en reste encore!

      Supprimer
  16. Tu as fait ça d'une main de maître Val, c'est très intéressant, et vu que je cours moi aussi, je peux le tenter. Et finalement, c'est toute une question ce qu'on est prêt à sacrifier pour être fidèle à l'image que les autres ont de nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis contentée de prendre des notes, tu sais, Tout le travail a été fait par mes élèves et par Cécile et c'était passionnant de suivre leurs échanges.
      Une question qui revient souvent dans nos discussions. ;)

      Supprimer
  17. j'ai vu l'auteur chez Busnel. C'est chouette que le courant soit passé, un écrivain en chair et en os pour un élève, c'est rare!

    RépondreSupprimer
  18. Je découvre cet échange grâce à un commentaire sur mon blog concernant "Le Coeur du pélican" que je viens de chroniquer. Très intéressant ! Je mets tout de suite ce billet en lien sur le mien ;-)
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer