Repliée sur elle-même la littérature française ? Vingt-cinq ans de missions Stendhal

Animée par Judith Roze, cette table ronde se tenait le dimanche 23 mars à l'occasion du salon du Livre de Paris. Y participèrent les auteurs Maylis de Kerangal, Marie Darrieussecq et François Jonquet et l'ex-ministre Xavier Darcos, académicien et président de l'Institut français.
de gauche à droite : F. Jonquet, M. de Kerangal, M. Darrieussecq, X. Darcos et J.Roze
L'institut français encourage les auteurs à s'installer à l'étranger un temps certain pour faciliter le travail d'écriture, via les missions Stendhal. Le but n'étant pas forcément de créer une intrigue sur le lieu de villégiature. Principalement adressées à de jeunes écrivains en devenir, ces bourses ont permis 600 transits. Les auteurs présents lors de cette table ronde ont profité de ces allocations de voyage : Maylis de Kerangal en 2009 pour la Californie, Marie Darrieussecq en 2013 pour la même destination et François Jonquet pour une présence berlinoise (il s'est tellement plu dans la capitale allemande qu'il y vit depuis). La plupart du temps, un écrivain part avec une idée initiale qui souvent aboutit à une autre intrigue. Le but de cette aide financière reste d'alléger le concepteur d'histoires des contraintes matérielles, pour se consacrer à son projet d'écriture.
C'est Gallimard/Verticales qui va être content, renommé en Metailié par l'Institut français !!!
En 2009, Maylis de Kerangal germait son futur Naissance d'un pont : histoire d'un chantier, centrifugeuse de désir et d'argent. Le Golden Gate de San Francisco représentait pour elle l'idéal des ponts de l'imaginaire, celui qui en reliant deux zones a créé une baie. Son voyage en Californie lui a permis de caler les lumières et une atmosphère de son futur roman américain, de côtoyer aussi la population locale, d'entendre l'histoire et les anecdotes concernant le Golden Gate. Le fait d'être étranger et au loin ramène d'office une proximité au contexte géographique du futur texte. 
Marie Darrieussecq a reçu une première fois la bourse Stendhal pour explorer une ville du Japon qui fut épargnée de la bombe atomique en 1945 au détriment de Nagasaki. Enceinte, elle renonça à ce voyage et remit en jeu l'allocation. Elle lui fut attribuée à nouveau et lui permit de payer deux trajets : l'un pour le Cameroun et l'autre pour la Californie. Écrivaine de chambre, elle reconnaît que le déplacement lui a permis de vérifier que les lucioles clignotent au Cameroun !
François Jonquet souhaitait suivre les traces de David Bowie lors de son court séjour à Berlin : il voulait chercher les informations, vérifier les diverses rumeurs sur le chanteur, refaire son parcours in vivo. Finalement, il a composé un livre uniquement sur Paris !

Le livre aurait-il été possible sans le voyage ? Est-il réussi grâce à ce déplacement ?

Marie Darrieussecq a renoncé à son roman japonais. Mais reconnaît que le voyage amène une force et marque. Il lui semble tout à  fait facile d'imaginer Los Angeles sans recourir à l'avion (nous sommes imprégnés par les films, de la vie américaine), ce qui n'est absolument pas le cas concernant la forêt équatoriale : être dans les paysages et s'apercevoir de ce qui reste en nous, une fois qu'ils ne sont plus visibles.

Maylis de Kerangal y parle d'éclaircissement du projet, du déroutage du quotidien (on perd ses repères, ses habitudes, on laisse derrière soi ses proches pour se retrouver seul(e)). Il y a aussi une facilité à capter l'espace qu'on diffuse plus librement par l'écriture ensuite. Il était important pour elle de placer le mythe américain dans Naissance d'un pont : une terre où on peut se renommer, réinitialiser toute chose. Et toujours cette notion de frontières franchissables ou non, celles aussi de l'altérité. Frontières qui organisent les espaces (Corniche Kennedy, Naissance d'un pont), qui donnent la notion de mouvement et de déplacement (avec le train -comme clôture- de Tangente vers l'Est) ou les états intermédiaires du corps (Réparer les vivants).

François Jonquet a découvert une seconde jeunesse en vivant à Berlin, ville-lumière au tourbillon festif, à la jeunesse positive. Il a su retranscrire ce filtre d'exotisme que l'on ressent lorsqu'on vit à l'étranger, même en plaçant son intrigue à Paris. Avec deux inquiétudes/interrogations : comment restituer le Paris des années 1980 ? comment retrouver le jeune homme de vingt ans, moi qui en est maintenant quarante-sept ? Finalement, vivre loin de Paris lui a permis de mieux la rêver !


16 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout cette bourse, le principe me semblait un peu curieux mais en lisant les témoignages des auteurs qui en ont profité , je trouve cela finalement très intéressant .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, être étranger ailleurs comme on l'est d'un texte pas encore écrit. Bisous

      Supprimer
  2. Tu nous a ressuscité Thierry Jonquet le temps d'un billet. C'est dommage, j'aurais aimé y croire (et je trouve surtout que c'est une jolie erreur).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et je te remercie infiniment de ta vigilance : quel lapsus de ma part, pas très heureux en plus ! Bisous

      Supprimer
  3. c'est extrêmement intéressant cette conférence dis donc...merci Phili, parce qu'effectivement à la base j'aurais été dubitative et là les arguments se tiennent drôlement bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'ai choisie pour voir de près les auteurs présents (les deux M me tentaient particulièrement) et j'ai découvert un questionnement littéraire qui m'a bien plu.

      Supprimer
  4. Un billet passionnant ma Phili, sauf que le 23 avril est à venir non ? Je sais plus où j'en suis moi non plus, alors là tu me mets le doute mais je pense que le 23 n'est pas encore passé ! Sinon c'est passionnant ! Je ne connaissais pas cette bourse ! :) Bises♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, toutes ces coquilles que j laisse derrière moi en ce moment : c'est d'un pénible ! bisous

      Supprimer
  5. C'est très intéressant de connaître tous ces moyens mis à la disposition des écrivains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, celui-ci est vraiment ouvert aux jeunes plumes, pas encore connues, qui ont besoin d'un soutien financier pour voyager et créer.

      Supprimer
  6. Merci pour le partage. C'est très intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Sylire, pour ce doux compliment. Bises

      Supprimer
  7. Merci de me permettre de participer au salon du livre avec ton compte rendu de cette table ronde qui m'a permis de découvrir ces misions Stendhal et de réaliser à quel point le contexte peut influencer l'écrit .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui et je ne le pensais pas à ce point. Bises

      Supprimer
  8. Un billet passionnant. Merci pour le partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu es super gentille d'écrire ceci. Bises

      Supprimer