Dominium Mundi (Livre I)- François Baranger **** et Prix Biblioblog 2014

Honnêtement, c'est le livre du prix Biblioblog 2014 qui m'a le plus accrochée (avec Sang d'encre) et pourtant je ne lui ai mis que quatre étoiles car il possède un défaut inexcusable : un trop plein de fautes syntaxiques et grammaticales (repérables après relecture sérieuse) ! C'est tout et c'est regrettable. Je sais que les maisons d'édition ont du mal à vivre en ce moment, que les temps sont durs pour elles, mais il est certain que certaines compressions de postes (en particulier sur les relectures) engendrent une moins bonne qualité du rendu (c'est vrai aussi concernant la presse écrite, où fleurissent maintenant des fautes de français aussi grosses que mon nez, c'est dire !). Alors quand je lis « il du », là mon cœur s'arrête un peu (et c'est mauvais pour la tachycarde que je fus).

Ravagée par des guerres intestines et religieuses, la Terre a connu un vrai retour en arrière moyenâgeux avec cette dualité étonnante : connaissances technologiques du futur et servitude du passé. Urbain IX, pape vaticanais, a lancé une véritable croisade vers la planète Akya, histoire de prendre un peu d'air et de conquérir de nouveaux territoires (ou bien pour d'autres raisons non avouables et non avouées dans ce tome). Pour préparer au mieux sa quête, il a armé un vaisseau, le Saint-Michel, qui à lui seul vaut un pays, en embarquant la fine fleur des troupes militaires les plus affûtées (dont les Méta-guerriers) et d'autres un peu moins motivés, les enrôlés de force (les inermes). Le trajet qui se présente comme une balade sans débordements majeurs (entrainements des troupes, combats d'équipes, chipotages en haut lieu et disputes du leadership) va subir la présence pour le moins pénible du Foudroyeur, super soldat suisse qui a perdu un peu les pédales.

Voilà, Dominium Mundi (livre I) fut le dernier livre lu de la sélection Biblioblog 2014. Une très bonne SF pour finir en beauté.  
François Baranger, artiste touche-à-tout, se lance dans ce grand projet que représente la fresque du Dominium Mundi. Il y a consacré dix ans de sa vie et clairement son écrit s'en ressent : ne laissant rien au hasard, il élabore un univers complètement imaginaire en le décrivant scrupuleusement. Et le lecteur ne peut que s'immerger totalement. Bravo pour les descriptions des épreuves très réalistes qu'endurent l'équipe de Tancrède de Tarente (un Méta-guerrier, un des héros de l'histoire) et la charmante Clorinda di Severo. Les personnages sont parfaitement profilés : autour de Tancrède un peu déboussolé par les forfaits de Robert de Montgomery, les frères flamands Liétaud et Engilbert, l'inerme Albéric Villejust, Viviane et Clorinde naviguent à vue en tentant d'échapper vainement à la Legio Sancta (milice romaine) et à cette ombre sans visage qu'est le Foudroyeur.

Rien n'est épargné aux héros : guerre de l'information (et de la désinformation), lutte de pouvoir, amour et trahison, désespoir, quête de la vérité et disgrâce ! Dominium Mundi (Tome 1) reste un excellent pageturner, idéal pour l'été et pour tout moment de la vie. Je me suis éclatée à le découvrir et je n'ai pas vu le temps passer (malgré son nombre impressionnant de pages - et vous connaissez mon goût pour les pavés !) : une vraie gageure de ma part, surtout que je ne suis absolument pas experte en SF (même si je ne refuse jamais ce type de littérature, partant du principe qu'il vaut mieux lire un excellent SF qu'un piètre roman). Je reste impressionnée par la technique (celle de coller au poème du XVIème siècle La Jérusalem délivrée de Le Tasse, sans le trahir) et la maîtrise narrative de l'auteur : François Baranger nous tient en haleine tout le long de ce premier ouvrage sans rien dévoiler sur ce qui attend les héros à Akya, ni le pourquoi du comment de la manœuvre : d'ailleurs la quatrième de couverture du tome I donne plus d'informations que le contenu dudit livre (un comble, non ?). Il me tarde de lire la suite !!! (c'est ballot)
prix_2014b2d.png
Éditions Critic (591 pages consacrées au texte : oui, vous avez bien lu !)

Lu dans le cadre du prix Biblioblog 2014.
Exemplaire emprunté à Yohan (Biblioblog)





avis : Blackwolf, Coeurdechene, Kissifrot (s'y pique : oui, je suis en grande forme), Dominique, Lune

AND THE WINNER IS 

http://jemelivre.blogspot.fr/2014/06/le-peintre-deventail-hubbert-haddad.html
Prix Biblioblog 2014 : bravo à l'auteur qui remporte cette semaine deux très beaux prix de lecteurs (celui du Biblioblog et celui de Océans France Ô)

14 commentaires:

  1. Pas pu finir le premier. J'avais voté pour le second !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis ravie pour le livre gagnat que j'ai vraiment beaucoup beaucoup aimé !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente pour toi ! Ce ne fut pas mon choix, c'est clair !

      Supprimer
  3. Je n'ai pas accroché à ce "peintre à l'éventail"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout pareil : j'ai apprécié la lecture sans m'extasier !

      Supprimer
  4. J'ai lu le Haddad ! il faut juste que je fasse mon billet... j'ai aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'attends avec impatience ce billet, non mais ! (c'est pour la rime)

      Supprimer
  5. pas encore lu Le peintre d'éventail qui me tente beaucoup, mais son suivant que j''ai trouvé excellent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu aimeras ce livre. Bonne soirée.

      Supprimer
  6. Bon, je ne vais pas mentir je ne suis pas du tout SF mais je me joins à toi sur la qualité grammaticale et syntaxique des textes, même le Livre de poche ne semble pas connaître la règle de base pour les particules...donc oui c'est énervant.
    Sinon, je n'entends que du bien du Haddad....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien que tu lises Le peintre d'éventail, juste pour avoir ton avis. Bisous

      Supprimer
  7. Je viens de vivre quelque chose de similaire pour les fautes, chez mon éditrice préférée. Je tombe de haut... Et quand je lis "les faits son graves", entre autres, j'ai envie de rétorquer que c'est bien le cas de le dire ! J'ai du mal à comprendre quel de telles fautes passent, qu'on engage un correcteur ou non ; c'est tout de même une des bases grammaticales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pour cela que je suis plus intransigeante sur la grammaire que sur des majuscules oubliées (enfin, sauf quand cela se répète trop). Je pense que certains postes de relecture ont été supprimés à tort, pour les amoureux de la langue française.

      Supprimer