La Ballade de Lila K - Blandine Le Callet ****

Je vais être claire et nette : j'ai longtemps tourné autour de ce roman, et c'est sa sélection à mon prochain comité de lecture qui m'a incitée à le découvrir. Pourtant, je connaissais son succès populaire (j'ai même apprécié la première œuvre de Blandine Le Callet, Une pièce montée). Enfin, maintenant la lecture faite, je vais discourir sur ma notation, car il est évident que ce livre se scinde en deux parties : le fond et la forme. Le premier mérite largement les quatre étoiles, le second (avec un style moyen, peu de lyrisme dans l'écriture) ne dépasse guère le trois ! Bref le mieux pour vous reste de lire La Ballade de Lila K (au titre encore obscur pour moi : une référence musicale ? ou au refrain chanté par la mère de l'héroïne ? ou un jeu de mots subtil qui m'aurait échappé ? Je n'ose subodorer la confusion avec le mot balade qui aurait été plus approprié) pour vous faire votre propre opinion ou pas (c'est vous qui voyez !).
Lila est une adolescente intelligente, photosensible,  enlevée à sa mère toute petite et élevée dans un institut  hospitalier très attaché à ses progrès sanitaires et relationnels, à ses performances intellectuelles. La société dans laquelle elle évolue ne supporte aucun dysfonctionnement, chaque citoyen de l'intra muros est observé à la loupe, quand la Zone est laissée à l'abandon, dénigrée médiatiquement. Aidée par son mentor et thérapeute, le professeur Kauffmann, Lila est bien décidée à gagner son émancipation pour enfin retrouver sa mère et connaître son passé.

La Ballade de Lila K représente un roman d'anticipation. Tout y est décrit de façon naturelle : les codes de bonne conduite, les années 2100 etc, les rituels quotidiens à respecter sous peine d'enclencher l'alarme du Big Brother, une société où chacun agit en espion de son voisin, malade de prévention et de manipulations archivistes, ces thèmes déjà exploités en littérature (la SF s'en donne à cœur joie) ou au cinéma (Minority Report de Steven Spielberg par exemple). Blandine Le Callet a eu ce courage de changer de registre et le traitement final semble satisfaisant. Les personnages sont bien marqués, Lila, petite tête fragile attire la sympathie et l'empathie, les hommes ambivalents jouent avec nos nerfs. Mention spéciale à la race féline qui m'a enjouée (parce qu'elle est sûre de rester libre, quoiqu'il arrive) : toutes ces pelages bigarrés redonnent l'espoir !
Pourtant, je n'ai pas adhéré au style développé par Blandine Le Callet. Certes, elle fait parler une adolescente, mais n'oublions pas que celle-ci est surdouée et possède un vocabulaire élaboré. Il aurait été souhaitable que ses tournures de phrase le soient également. Je déplore l'absence de lyrisme dans les réflexions de l'héroïne, même si celles-ci interpellent le lecteur sur cette société sous pression. La fin aurait mérité un allègement d'une trentaine de pages sans que cela perturbe l'ossature globale des révélations. J'aurais aimé adorer ce roman, j'ai juste apprécié découvrir les souvenirs de Lila.

Éditions Stock

avis : Evalire, Laure, Nadael, Enna, Métaphore, Liliba, Clara, Nina, Aifelle, Alex, Antigone, Agathe, Mélo, EstelleCalim, Keisha,   il manque les liens vers les articles de Kathel et Clara, ceux trouvés étaient défectueux.

emprunté à la biblio 

évasion musicale (inspirée par les personnages L et M du roman)

46 commentaires:

  1. Je l'ai adoré, je ne me souviens même pas du style, tellement j'étais prise par l'histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire est intéressante mais s’essouffle sur la fin.

      Supprimer
  2. Je ne suis pas du tout tentée par ce livre et pourtant il en a eu des belles critiques, je ne sais pas ce qui me retient, que l'héroïne soit une adolescente ? (en générale ça ne fonctionne pas sur moi les adultes qui tentent d'écrire comme des ados), que ce soit une dystopie ? (trop anxiogène)...bref, je bloque sur ce livre...et ce n'est pas ton billet qui va me motiver ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas anxiogène car dans toute dystopie, il y a toujours des individus récalcitrants et féroces attachés à l'idée de bonheur. Icic, la fin laisse l'espoir mais bon, à toi de voir.

      Supprimer
  3. Je l'ai trouvé très réussi, ce roman, j'en avais trouvé le style fluide et agréable, et adoré le sujet, et les personnages. Un vrai coup de cœur !
    (Ne cherche pas mon avis, il a disparu avec mon ancien blog, dont je n'ai pas transféré les billets, et il ne reste que sur Babelio.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai bien aimé mais sans plus. C'était sympa à lire, je loue les efforts de l'auteure qui a créé un monde naturellement.

      Supprimer
  4. Comme toi, j'avais beaucoup aimé son premier roman. Celui-ci m'a laissé plus mitigé.

    RépondreSupprimer
  5. Un très bon souvenir de lecture, j'ai adoré ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, on ne se retrouve pas totalement sur ce roman-ci.

      Supprimer
  6. Je l'ai adoré, un grand moment d'émotion!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à ce point-là !! Je suis un monstre d'insensibilité.

      Supprimer
  7. Je n'arrive pas à franchir le pas moi non plus, tes réserves me réconfortent, je pense que j'aurais les mêmes, il me faut un souffle dans le style...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je ne demande pas grand chose mais des phrases lourdes me freinent. Où est le lien pour ton challenge À tous prix car ce roman a été plusieurs fois primé.

      Supprimer
  8. Je l'ai lu il y a longtemps et n'en conserve aucun souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouille ! J'en ai encore quelques souvenirs ::::---)))))

      Supprimer
  9. Tes réserves me refroidissent, je lirai plutôt son 1er roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier est léger, le second mérite aussi une attention particulière : disons, que c'est une bonne introduction aux romans d'anticipation. Pour les spécialistes de SF, à vous de voir.

      Supprimer
  10. J'avais beaucoup aimé son premier roman. J'ai celui-ci dans ma PAL qui devrait sortir un jour ou l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et je pense que tu aimeras le contenu, te connaissant.

      Supprimer
  11. C'était un coup de coeur et j'avoue que je n'ai pas de souvenir du style.j'avais apprécié le sujet voici mon lien pour en savoir plus http://evalire.over-blog.com/search/la%20balade%20de%20lila%20k/

    RépondreSupprimer
  12. Voilà un roman que j'ai pas mal rencontré il y a quelques mois mais que je n'ai pas acheté. J'ai beaucoup apprécié son recueil de nouvelles.
    Bonne fin de soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Emprunte-le à la rigueur, plutôt que de l'acheter.

      Supprimer
  13. Celui là attend depuis trèèèèès longtemps sur mes étagères... De même que Dix rêves de pierre...Très envie de découvrir cette auteure pourtant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux le lire quand tu veux. Sa découverte ne demande pas beaucoup de jours.

      Supprimer
  14. J'ai hésité à le lire à sa sortie mais les romans d'anticipation me plaisent très rarement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime assez ce genre littéraire, disons que je ne suis pas réfractaire. Après, à toi de voir.

      Supprimer
  15. Ce sera pour ma part une découverte, tant pour le fond que la forme de l'histoire que tu décris. Et je l'ai justement trouvé à la bibliothèque! Bises

    RépondreSupprimer
  16. J'avais également longtemps hésité à sa sortie. J'avais passé un bon moment avec Une pièce montée mais déjà là, le style n'était pas franchement folichon. Le thème de ce roman me tente quand même encore et j'essaierai à l'occasion. Merci du rappel ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un contenu plus étoffé dans La Ballade. Tu devrais être davantage rassasiée.

      Supprimer
  17. je l'ai lu il y a longtemps mais j'en garde un souvenir fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne suis pas sûre d'être dans la même posture dans un an ! Bises

      Supprimer
    2. qui sait... !!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
    3. oui, avec le temps, je t'avouerai qu certaines scènes restent prégnantes, en particulier la vie à la bibliothèque ou les relations avec les différents référents.

      Supprimer
  18. Je l'ai plusieurs fois emprunté et finalement jamais lu, tu ne me donnes pas vraiment envie de retenter le coup.

    RépondreSupprimer
  19. Je l'avais emprunté à la bibliothèque, et je n'ai pas réussi à le lire en entier, tant il m'a ennuyée... Je n'avais peut-être pas trop la tête à la lecture à ce moment là (c'était en septembre, peu de temps après la rentrée).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tu as raison, il faut être disponible pour ce genre d'histoires. Bises

      Supprimer
  20. Un coup de cœur pour moi ! Je n'ai pas souvenir d'un style lourd et qui manque de relief, par contre j'ai souvenir d'une histoire forte, de personnages fouillés et originaux, et d'une construction travaillée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a du boulot mais le récit a manqué de fluidité. Après, j'ia mis quatre étoiles ce qui signifie qu'on peut le lire snas réserve (je précise juste que ce n'est pas un coup de cœur : cela dit, j'en ai rarement)

      Supprimer
  21. Mon billet est sur le nouveau blog
    http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2010/10/la-ballade-de-lila-k.html
    Un bon souvenir, et je pense lire son dernier livre, un recueil de nouvelles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lien ajouté et ok pour le prochain recueil de nouvelles de Miss BlC

      Supprimer
  22. J'ai apprécié ce roman pour le fond aussi, mais pas tant sur l'aspect anticipation avec cette société inspiré de 1984 mais pour son regard sur la maltraitance, sujet toujours très actuel. En effet, cette petite fille est sauvée d'une maltraitance extreme, et pourtant ce déchirement et cet éloignement sont une autre maltraitance ...

    Je me suis interrogée aussi sur cette ballade (je suis fan de la ballade de Cornebique de Mourlevat, j'ai donc fait le parallèle avant même la lecture le parallèle) et j'avais conclu finalement à la chansonnette de sa mère qui l'accompagne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant, ton point de vue : oui, tu as raison, ce thème est très bien décrit. D'un autre côté, cette mère qui sombre était au départ bien traitante. C'est son addiction (et donc sa faiblesse) qui la rend monstrueuse. J'ai apprécié la fâon qu'avait eu l'auteure de montrer comment la déchéance sociale peut rendre inhumains les êtres fragiles (comme les forts d'ailleurs). Le côté politique de ce roman m'a semblé bien maîtrisé.

      Supprimer