Le viking qui voulait épouser la fille de soie - Katarina Mazetti ****

Dans Le viking qui voulait épouser la fille de soie, trois maisons coexistent :  celle suédoise de Säbjörn (mi-fermier, mi-constructeur de bateaux) avec ses deux fils Svarte et Kåre que tout oppose (et en particulier, l'affection paternelle), celle ukrainienne de Chernek (marchand d'esclaves) avec son fils Radoslav et sa fillette Milka et enfin celle du Storködrott (sombre personnage entouré de dégénérés). Le tout est de comprendre les liens déjà établis ou en sommeil entre elles trois !


L'époque choisie par Katarina Mazetti est celle du Xème siècle suédois, là où les Vikings furent prospères. Et cela tombe bien puisqu'on ne parle que d'eux ! Peuple de nomades commerçants, négociants de chair humaine (les esclavagistes) ou pirates (mercenaires), il laisse sur son sillage de nombreuses légendes. Après une recherche bibliographique importante auprès d'archéologues, Katarina Mazetti en a construite une de toutes pièces, tout en intégrant les éléments historiques, religieux, sociaux : j'ai d'ailleurs bien apprécié la postface où elle décrit en six feuilles, sa démarche, ses choix narratifs, ce qu'elle a voulu garder et nous guide vers d'autres ouvrages plus approfondis sur l'ère des Vikings.

Très vite, je fus perdue par les prénoms des personnages très éloignés de mon lexique habituel français. Aussi, j'ai procédé comme avec Charlotte : arrêt momentané de la lecture, repos du cerveau, puis reprise. Si j'ai trouvé le début un peu long à s'installer, j'ai avalé la seconde partie avec faim et enthousiasme.

Le viking qui voulait épouser la fille de soie est un roman qui m'a fait du bien. Il m'a sorti des carcans nombrilistes de certains écrivains français contemporains, il m'a emmené vers un autre rivage (la Baltique) : j'ai retrouvé le même bonheur de lecture quand adolescente, j'absorbais la série celte de Marion Bradley Zimmer dont les deux premiers tomes furent Les dames du lac et Les brumes d'Avalon.
Les Dames Du Lac par Marion Zimmer BradleyLES BRUMES D'AVALON par images captées sur le site Libfly.com

Katarina Mazetti a fait le choix d'un tome : il est raisonnable, réaliste et complet. Avec une prose naturelle et sans superflus, elle dégage des personnalités complexes et intéressantes.

Elle reprend le mythe d'Abel et Caïn avec Svarte et Kåre (sans le sacrifice humain) bousculés tous deux par un père malheureux de l'abandon de sa femme et qui voue son amour exclusif à son cadet, celui qui lui ressemble tant. Elle modernise son intrigue par des liaisons homosexuelles assumées et rappelle combien l'ère chrétienne fut rétrograde concernant la cause féminine (réduite à  la "côte" adamesque, au pêché originel, elle qui sous la période des Celtes ou des Vikings, fut l'égal de l'homme. Maîtresses de maison ou prêtresses, les femmes gagnaient une aura qu'elles ont depuis perdue lors des croisades catholiques, sous couvert d'un monde « plus libre » - sauf pour les païens ou hérétiques destinés au bûcher).

On le constate dans ce conte où  cohabitent êtres libres et esclaves (hommes et femmes réunis). La notion de race humaine reste totalement absconse à l'époque (et donc maintenant). Du coup, tout est parfaitement homogène dans l'intrigue : distribution équilibrée des  rôles entre femmes et hommes, êtres libres et esclaves (certains permutant de catégorie, pour faire avancer la philosophie).

pages 200-201
« Nous les Normands, dit-il, nous devrions nous estimer trop bons pour mêler notre sang avec des Mores et d'autres étrangers ! Si cela continue, nous aurons bientôt l'air de trolls !» (...)
« Ce sont là les paroles d'un homme qui est resté chez lui la plus grande partie de sa vie ! (...) Tu penses que nous n'avons pas mêlé notre sang avec d'autres populations auparavant ? les Normands ont voyagé aux quatre vents et ils ont ramené des femmes esclaves avec qui ils ont peuplé la terre ! Il paraît qu'en Islande, les femmes sont presque toutes enlevées du pays des Iverni ! Et si nous ne l'avions pas fait, si nous nous étions contentés de concevoir des enfants avec nos proches, nous aurions sans doute tous été comme les enfants du Storködrott ! Des crétins ! » ...
« Pense à l'hydromel !... L'hydromel pur que tu fabriques uniquement avec du miel et de l'eau. Il nous donne certes l'ivresse, mais il devient tellement plus savoureux si tu y ajoutes des baies et des fruits, des épices et ce genre d'aromates. Tu comprends ? »


Rien n'est tout rose chez les Vikings : les mariages sont parfois arrangés (question de survie), la violence règne (enlèvement de liberté sous coup de poker raté, sous menace du clan), engrossement des esclaves et revente des rejetons à leurs six ans.
Pourtant, j'ai constaté à quel point notre monde a souffert et souffre encore des trois monothéismes majeurs en France (les livres sacrés sont écrits par des hommes, pour des hommes, reléguant les femmes à des rôles subalternes. Ils montrent la première réalité insupportable : celle pour un homme de ne pas être totalement assuré sur sa filiation biologique).

Dans Le viking qui voulait épouser la fille de soie, tout le monde couche avec tout le monde, s'il en a envie (bon, les esclaves ont un droit de regard moindre sur leur corps que les êtres libres). L'enfant n'est plus relié au couple géniteur mais plutôt à celui ou à celle qui l'accepte. Les amours homosexuelles peuvent être sanctifiées, les divinités religieuses ne représentent pas toutes des mâles : c'est bien !

Traduction de Lena Grumbach
Éditions Gaïa

paru en janvier 2014


emprunté à la biblio (lu dans le cadre de mon prochain comité de lecture : merci à Miss I. pour cet excellent conseil)


autres avis : Papillon, Céleste, à propos de livres,


28 commentaires:

  1. Moi aussi j'ai avalé les dames du lac dans ma jeunesse, alors j'ai une chance avec ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je pense que tu pourrais bien l'apprécier. Il est très sympa et surtout tu rejoins les contes, et cela, c'est chouette.

      Supprimer
  2. Suis pas fan de Mazetti, apr contre j'aimerais bien relire les romans de Zimmer Bradley, j'en garde un souvenir très fort !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien cette auteure suédoise : elle sait me guider vers son endroit personnel et je la suis assez vite.

      Supprimer
  3. J'avais passé un bon moment avec Le mec de la tombe d'à côté, le deuxième m'avait déçu... De plus, je ne suis pas sûre d'être très tentée par cette histoire de vikings.
    Suis-je la seule à n'avoir jamais lu Zimmer Bradley ? Bises Philisine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis une des rares à ne pas avoir lu la suite de Le mec de la tombe d'à côté : je craignais la déception. Honnêtement, c'est ma copine I. qui m'a bien motivée à le lire : sans elle, je serais passée à côté. Bises

      Supprimer
  4. Pas lu Zimmer Bradley. C'est grave ?

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui, les dames du lac.. Ouïe, ça fait un sacré bail !!
    Je note celui-ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je pense que c'est le genre de lecture qui détermine parfaitement l'âge du lecteur qui l'a lu. Bisous

      Supprimer
  6. Je n'ai pas lu de romans de Katarina Mazetti depuis un certain temps. Pas trop l'envie de me plonger dans un roman historique pour l'instant.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis très tentée! je le note précieusement pour plus tard. Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. enfin, une convaincue : dans mes bras, ma Comète !

      Supprimer
  8. Marion Bradley Zimmer à 17 ans ! quelles lectures et quels supers souvenirs ! Je note ce Mazetti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je l'ai découvert à peu près à cet âge-là aussi. Bisous

      Supprimer
  9. Ce livre ne me tente pas même si ce que tu dis dans ton dernier paragraphe me plait bien. J'ai lu cet auteur avec Le mec de la tombe d' à coté, que j'avais vraiment beaucoup aimé. Puis j'ai été déçu par la suite dont j'ai oublié le titre et du coup, je me suis arrêté là.
    C'est une vraie raconteuse d'histoire, cela c'est certain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que j'ai vraiment bien fait d'éviter la suite de Le mec : du coup, j suis arrivée fraîche de tout mauvais souvenir pour goûter aux Vikings !

      Supprimer
  10. Alors cette auteur m'a souvent amusée, mais là, je ne suis pas du tout tentée ! Même si tu sembles avoir apprécié ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je suis d'une persuasion ne ce moment : un vrai pouvoir ! bisous

      Supprimer
  11. Ton billet est intéressant mais j'avoue que je suis un peu perplexe devant la thème; Avec un peu d'avance, bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi, bon week-end également. Bisous

      Supprimer
  12. J'ai déjà lu cette auteure et j'étais restée sur ma faim.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur les Vikings, j'ai trouvé le récit plus abouti, très recherché. j'ai beaucoup aimé.

      Supprimer
  13. oh dis, si c'est pas de l'enthousiasme ça, je ne m'y connais pas...toi aussi tu en as assez de la littérature du nombril ?
    Des bises ma belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exact : la littérature du nombril me saoule, me pompe : j'ai décidé de prendre les voiles !!!! Bises

      Supprimer
  14. Zimmer Bradley m'avait conquise ; le cadre que tu évoques pour ce roman-ci me tente beaucoup aussi... Je note !

    RépondreSupprimer