Vers l'Ouest - Xavier Jaillard ****

Comme septembre 2015 ne s'annonce pas folichon littérairement (comme les précédents d'ailleurs et ce, depuis quatre ans... mais ce n'est que mon avis, particulièrement... subjectif sur la question), il s'avère indispensable, pour tout lecteur qui a envie de s'évader, de s'arrêter sur les perles oubliées des médias qui essaiment sur le chemin des deux rentrées littéraires (celle de janvier et la précitée). Parce qu'il faut bien le reconnaître, écrire et publier un bon roman exigent un sacré courage face à une concurrence acharnée, qui use du matraquage comme multiplicateur de ventes, à défaut de qualité. 
Vers l'Ouest de Xavier Jaillard, publié en avril 2015 mérite lui aussi une couverture médiatique.
image captée sur le site Libfly
Vers l'Ouest narre la quête de deux hommes, à deux époques différentes (seconde guerre mondiale/aujourd'hui) : Jaroslaw, juif polonais, subit l'univers concentrationnaire et David, comédien parisien en réussite fluctuante, s'exile en Écosse afin de récupérer ce qu'un oncle facétieux et chercheur d'or (un secret de famille/une affaire d’État) lui a laissé.
Tout est absolument réussi dans Vers l'Ouest et pourtant, Xavier Jaillard n'a pas joué la facilité : deux intrigues impeccables (celle de David, plus légère, donne de l'oxygène face au vécu oppressant du téméraire Jaroslaw), une écriture riche, intelligente et parfaitement scandée (le fait que l'auteur soit auteur de pièces de théâtre montre un talent certain dans les dialogues, une maîtrise de la musicalité des mots). Il n'y a rien de pompeux chez Xavier Jaillard : il informe, distrait, ne montre pas sa science, ne s'essaie pas à l'exercice de style, sait rester à sa place, n'en fait pas trop, développe et respecte ses personnages et son lectorat. J'aimerais lui dire « Continuez ! ». Parce que Vers l'Ouest est une réussite. On s'amuse de David qui, en Écosse, va tout trouver : une muse, un antre, lui-même. On craint pour Jaroslaw qui pourtant va réussir l'impossible mais Dame Providence veille. On apprend sur les faits de résistance (les petits, ces actes d'anonymes qui mis bout à bout ont sauvé des vies), sur les bavures cachées, enfouies comme sujets de honte. Il y a une vraie vitalité dans ce roman, un souffle qui fait plaisir à lire, qui donne envie de lire :  les deux personnages masculins sont beaux de naïveté, sensibles ; les décors décrits de la Pologne et de l’Écosse incitent de vivo à suivre la trace de deux héros ; les femmes montrent un certain panache et une détermination revigorante. 
Voilà, en ces temps de future grisaille parisienne, j'aimerais bien avoir plusieurs Vers l'Ouest sous le coude, histoire de prolonger mon bel été !   

SP reçu des Éditions Scrineo, lu il y a trois mois : reste une empreinte forte de ce premier roman impressionnant. Et un merci particulier à Laure Paradis pour sa patience exemplaire (aucune pression, aucune relance et pourtant, on ne peut pas dire que je fus d'une dextérité folle)
Premier roman 2015


avis de Sharon

et un de plus pour le challenge de Daniel

32 commentaires:

  1. Je suis déjà dans une sombre histoire de la seconde guerre mondiale, je vais avoir besoin de respirer après, mais je note pour plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est vraiment très bien écrit et intelligent. Je te le conseille.

      Supprimer
  2. En effet, auteur peu connu mais je ne suis pas non plus celui qui connait le plus d'auteurs et qui se tient au courant des actualités. On sent vraiment qu'il t' a plu ce livre .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un premier roman. Et en effet, ce livre m'a énormément plu. Je trouve qu'il mérite une couverture médiatique plus large.

      Supprimer
  3. Je crois que je croise ce roman pour la première fois chez toi... Noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On me l'a proposé en SP et ce fut une chance. Pas sûre sinon que je l'aurais capté en magasin, du fait de son manque de visibilité.

      Supprimer
  4. J'aime bien les jolies surprises des autres blogs, en particulier les livres dont on n'a pas parlé et qui l'auraient mérité, leur coup de projecteur! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Keisha, on peut dire que tu es un défricheuse hors pair et je suis très modestement ton exemple.

      Supprimer
  5. Il y a tant de livres qui n'ont pas la chance d'être lu, si peu médiatisés et pourtant on trouve des pépites... heureusement il y a des gens comme toi qui leur donne la lumière qu'ils méritent! Je n'avais jamais entendu parler de ce livre-là alors merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi, tu participes aux découvertes. les blogs sont là pour cela aussi, sortir des sentiers archi battus par le matraquage médiatique et enfin laisser la place à des pépites.

      Supprimer
  6. Entièrement d'accord avec ton avis !
    Et la rentrée littéraire 2015 ne me passionne pas plus que cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'avoir montré la voie et de m'avoir bien motivée. Je te remercie doublement. Ce roman est une belle découverte littéraire.

      Supprimer
  7. Une belle découverte buissonnière donc loin des Notomb, Houellebecq et autres. J'aime aussi ces chemins de traverse littéraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il est bon de les parcourir : on respire le bon air, assez sain en général ! Bises

      Supprimer
  8. Je te trouve bien pessimiste avec cette rentrée littéraire. Tout ne sera pas mauvais ni gris quand même... Même si je n'ai plus la même frénésie qu'il y a deux ou trois ans, je me laisserai quand même tenter par quelques titres, c'est certain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour l'instan, peu de pépites à noter et du coup, je retourne vers des valeurs plus sûres et qui manquent à ma culture littéraire bien mince : la littérature anglaise du XIXème et je me régale (les traducteurs ont une maîtrise du français foncièrement réjouissante à lire). J'ai l'impression de respirer des bijoux romanesques.

      Supprimer
  9. Voilà qui me tente, pour prolonger l'été, comme tu dis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, on respire les côtes anglaises à fond !

      Supprimer
  10. Oui tiens, éloignons-nous un peu des sentiers de la rentrée littéraire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour cela, je m'en suis drôlement éloignée sans le vouloir. Je crois que mon temps restreint me demane d'être efficace et d'aller là où je vais me sentir comme un poisson dans l'eau.

      Supprimer
  11. Une découverte intéressante, je note. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu devrais l'aimer : j'espère que tu auras l'occasion de le rencontrer.

      Supprimer
  12. Oui, c'est bien de défendre des livres qui n'ont pas la chance d'avoir le buzz. Et ce que tu dis de celui-ci est très chouette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai été sincère comme à chaque fois et là j'ai envie de défendre ce roman qui mérite bien sa place !

      Supprimer
  13. Merci pour cette découverte !!!

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour ce billet, je penserai à aller vers l'ouest!

    RépondreSupprimer
  15. J'aime bien les premiers romans "impressionnants" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. franchement l'écriture est là, l'histoire est émouvante, intéressante. Tout m'a parlé dans ce roman, même six mois après !

      Supprimer
  16. Tu m'as convaincue, je le note. Bises

    RépondreSupprimer