Sauver Mozart - Raphaël Jerusalmy ****

Un livre issu du prochain comité de lecture de ma bibliothèque, un premier roman (tiens, tiens), la Seconde Guerre mondiale sur toile de fond autrichien et surtout la musique classique. Des thèmes abordés copieux, de l'ambition et au final une vraie et belle réussite.  כן !
Otto J. Steiner, tuberculeux, est mis en quarantaine et survit dans un sanatorium tenu par le truand docteur Müller. Miné par l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie, il n'a qu'une idée en tête : exécuter Hitler et sauver Mozart. Motivé, ce chroniqueur musical actif participe à la programmation du Festspiele, spectacle devenu vitrine artistique pour asseoir l'hégémonie nazie. Tous les moyens seront bons pour répondre aux deux objectifs : reste un menu détail à régler.  

À l'image de Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson, Otto J Steiner incarne l'insoumission. D'origine juive, non circoncis et devenu athée, cet Autrichien ne supporte pas les attitudes nauséabondes liées à l'Anschluss : la délation, la collaboration, la suspicion et la mise en place de futurs pogroms. L'absence d'êtres chers (sa sœur et sa famille ne donnent plus signe de vie, son fils Dieter est parti vivre en Palestine), le marché noir et l'existence dans ce hospice bon marché alourdissent son quotidien. L'omniprésence des enquêteurs de la Gestapo, fieffés zélateurs lorsqu'il s'agit d'importuner de vieux mourants, fragilise l'équilibre précaire de son existence. Les commandes de chroniques de son copain Hans et les tranches de cervelas apportées par le fils du concierge agrémentent son quotidien. Toutefois, loin de paraître désespéré, Otto possède une arme secrète : son amour inconditionnel pour la musique classique, un art finalement politique.

Un héros extraordinaire (témoin d'une période effroyable), une écriture simple, un texte ample fractionné en paragraphes courts, un journal intime émouvant, point de prosélytisme religieux de la part de l'auteur. Raphaël Jérusalmy présente l'Autriche de 1939 à 1940 et les habitants de Salzbourg oscillant entre défaitisme et courage, entre soumission et rébellion, entre peur et rejet. L'empreinte historique infiltre le récit savamment nuancé mais l'auteur ne tombe pas dans l'excès des faits historiques, appréhende les enjeux sous-jacents de la modernité ferroviaire. Par petites touches anecdotiques, Raphaël Jérusalmy dissèque une société nazie : certains collaborent sans état d'âme, la plupart subit quand d'autres s'opposent par des actes héroïques quotidiens (soutien moral et physique à un malade juif, crachats aux pieds de prétendus délateurs). Chaque moment intègre une partition idéale : point de fausse note, une cadence littéraire soutenue, une Otto clé attachante et facétieuse.

Sauver Mozart, un livre réjouissant malgré le contexte abordé, une première œuvre juste comme le furent certains pendant cette guerre monstrueuse.

Mention spéciale encore une fois à la première de couverture : un gramophone, l'objet transitionnel d'Otto.

Éditions Actes Sud

avis : KathelZazy , Mimipinson, Jokili, Athalie


emprunté à la bibliothèque

et un de plus pour les challenges d'Anne, d'Une Comète (deux scènes importantes du livre se situent dans une gare et un train) et de La Part Manquante

36 commentaires:

  1. S'il y a Mozart là dedans...^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mozart est un prétexte, la musique non ! Bises

      Supprimer
  2. Merci de ta participation ma Philinette ! Et merci de me faire découvrir ce livre que je lirai certainement un jour. Le sujet m'intéresse. Bisous :)

    RépondreSupprimer
  3. Encore un livre sur fond de guerre ou de nazisme, je paaaasssse !!! Mais ton billet est superbe !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Aspho pour le compliment mais j'aimerais tellmeent que tu le lises car il n'est pas plombant du tout.

      Supprimer
  4. Encore un livre dont le sujet pourrait m'intéresser. Et chez Actes Sud, en plus ! Que de tentations...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est pour cela que ma bibliothèque municipale s'avère si indispensable pour mon porte-monnaie !!!! bises

      Supprimer
  5. Un roman qui se passe en Autriche, plutôt un journal de bord, je suis tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un vrai journal intime destiné à Dieter le fils d'Otto. Je pense que tu aimeras ce roman s'il a la chance de rencontrer tes yeux.

      Supprimer
  6. Très beau billet ! Je compte le lire en juin, pour la fête de la musique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle vraie bonne idée ! Merci de ton passage.

      Supprimer
  7. Un très beau livre, Asphodèle, il n'y a aucun pathos, plutôt de la bougonnerie, de la rebellion.
    Philisine, tu en parles très bien.
    Je suis en pleine lecture du Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire. Saignant, réjouissant, juste ce qu'il me faut !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai préféré le présent de ce fameux Vieux, que son passé un peu trop loufoque et surtout invraisemblable à mon goût.

      Supprimer
  8. Je suis dans une période romans historiques, ce livre pourrait bien me convenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on pourrait vair une LC romans historiques : j'ai voulu quitter les deux guerres, histoire de respirer un peu. Mal m'en a pris, le livre débuté et abandonné est tellement navrant que je me replonge d'office vers le passé. Bises

      Supprimer
  9. Une très belle lecture ! Tu fais bien de souligner le rythme, ce qui est bien le moins quand le thème est la musique, d'avoir un bon tempo ! Dans ce livre, ça marche très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact et ce n'est pas pompeux. J'ai aimé l'atmosphère qui se dégage de ce court roman.

      Supprimer
  10. Je suis assez intriguée par ce roman, La griffe Noire en parle comme d'une vraie petite merveille !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de lire leur court résumé : il parle de subversivité. je trouve le terme un peu exagéré. C'est gentillement insolent mais pas subversif.

      Supprimer
  11. Il y a beaucoup de livres sur cette période mais celui là semble différent je note .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est réussi et ce n'était pas gagné d'avance.

      Supprimer
  12. Malgré le titre, ça m'attire beaucoup... :-)

    RépondreSupprimer
  13. Seconde guerre mondiale et musique classique, pas du tout mon truc ça. Même si c'est réjouissant, je préfère faire l'impasse^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de problème, je n'ai pas réussi à te convaincre, tant pis. Je ferai mieux la prochaine fois.

      Supprimer
  14. Apparemment une réussite pour un premier bouquin mais je ne connais pas.
    Bon weekend et à bientôt. Je pars lundi en espérant trouver le soleil mais j'ai des doutes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite un bon repos et du soleil, du soleil !

      Supprimer
  15. Le thème ne m'attire pas. Je passe, même si Mozart plane au-dessus des pages...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire n'est pas complètement sombre mais je comprends ton appréhension et surtout le manque d'attrait. Bises (j'aurai essayé !)

      Supprimer
  16. Il me le faut ! Il me le faut ! Il me le faut !
    Tout me tente dans ce livre et sans ton avis, je serais peut-être passé à côté de cette pépite ! Alors Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Malorie, de ta confiance. Je pense que tu l'iameras.

      Supprimer
  17. il me tente bien celui-ci, je note!

    RépondreSupprimer
  18. Alors, ça c'est rigolo !!! On a presque des avis contraires sur tout ... Tu parles de l'arrière plan historique comme très présent, d'un Otto attachant et actif, alors que je l'ai trouvé roboratif et poussièreux ... Je dis amusant parce que souvent, je suis pleinement d'accord avec tes avis ( quand je connais les livres, bien sûr), ce n'est pourtant pas un livre qui a fait polémique, plutôt l'unanimité ! Mon avis n'est d'ailleurs que tiède.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on peut avoir une approche différente su cette œuvre : ce n'est pas gênant au contraire d'ailleurs. Bisous (je rajoute le lien vers ton avis)

      Supprimer