Réparer les vivants - Maylis de Kerangal *****

À quoi reconnait-on un excellent roman ?  à son histoire bien ficelée, à l'attachement qui s'opère chez le lecteur vis-à-vis des personnages, à la plume élaborée de son auteur(e), à l'émotion ressentie lorsqu'on le ferme et à sa capacité d'instruire. Il est donc relativement rare de tomber sur une perle littéraire et quand cela arrive, un vrai bonheur nous attend. Réparer les vivants fait partie de ces objets précieux.
Christophe Alba, Simon Limbres et Johan Rocher ont décidé que cette soirée serait leur nuit : celle de la vague à maîtriser, celle passée à surfer. Quels que soient les risques encourus, rien ne vaut une bonne virée entre copains. Le retour à la maison dans le van parental va forcément laisser des traces, et pas qu'indélébiles.


Réparer les vivants est une vraie ode à la vie. Sous un fond tragique (le décès brutal d'un humain), ce roman questionne intelligemment sur le sens du don d'organes. Présentant la question éthique en premier lieu, il aborde les différentes réactions face à la mort d'un être cher comme, par exemples
1) le cas des croyants en la réincarnation refusant le don d'organes sous prétexte que le corps amputé risque d'affaiblir la vie suivante ou bien
2) l'acceptation du prélèvement d'organes vitaux d'un mort cérébral compatible revenant à reconnaître le décès physique de ce dernier (sans possibilité de retour en arrière, sans espoir d'un réveil après un long coma)
mais aussi cette forme de culpabilité que tout receveur peut ressentir ( « je vais vivre parce que quelqu'un d'autre est mort. »)

Présenté sous une forme très scientifique (Maylis de Kerangal, n'a pas voulu commettre d'impair dans la description du parcours contre le temps de ce fameux passage de témoin : quatre heures maximum pour qu'un cœur puisse être réimplanté chez un autre humain), Réparer les vivants informe aussi sur l'existence d'un registre national des refus de don (à renseigner si vous êtes totalement opposé(e) à ce qu'un de vos organes soit prélevé à votre mort : votre non-inscription à ce registre est considéré comme un oui implicite). Nous ne sommes que des êtres ambulants : comme les voitures, certains d'entre nous décèderont brutalement, d'autres connaîtront cette phase de coma cérébral permettant le maintien artificiel de leur cœur, leurs reins, leurs poumons ou leur foie afin de servir à nouveau à d'autres (comme les voitures usagées dans les casses offrent des pièces détachées propres et utiles pour réparer d'autres automobiles en circulation).   

Mais, Réparer les vivants ne se résume pas à un plaidoyer sur le don d'organes : il offre une galerie de portraits attachants (des scientifiques investis dans la survie humaine, des hommes et femmes meurtris par la vie, bousculés dans leur deuil et offrant une existence plus sereine à d'autres, etc) . C'est un texte profondément optimiste et humain qui rappelle l'importance de ce geste gratuit. Maylis de Kerangal rythme parfaitement son écrit en présentant aussi des anecdotes comiques comme l’atterrissage forcé de pizzas sur le mur d'un salon ou sur une fenêtre le soir d'une rencontre de football opposant la France à l'Italie, par exemple.
Cette écrivaine formidable, déjà reconnue avec Naissance d'un pont et Tangente vers l'est  donne le meilleur d'elle-même dans le registre du travail (BTP dans Naissance d'un pont, médical dans Réparer les vivants), travaille sur le lexique du corps (ici l'élément finalement principal de son intrigue), manie le vocabulaire avec dextérité (le champ mathématique a le droit à un hommage appuyé à la page 217) et ne laisse absolument rien au hasard (Simon porte un patronyme prédestiné qui, sans son R, résume parfaitement sa situation durant tout le livre). Impressionnant.

page 172
« Il est temps, maintenant, de se tourner vers ceux qui attendent, dispersés sur le territoire et parfois au-delà des frontières du pays, des gens inscrits sur des listes selon l'organe à transplanter, et qui chaque matin au réveil se demandent si leur rang a bougé, s'ils sont remontés sur la feuille, des gens qui ne peuvent concevoir aucun futur et ont restreint leur vie, suspendus à l'état de leur organe.»

page 217 (je ne pouvais décemment quitter cette chronique sans mes mathématiques chéries, très sensuelles pour le coup - mais cela, je le savais d'avance)
« (elle) n'a pas un regard pour lui quand elle croise et décroise du bas vers le haut ses longs bras d'une beauté antique afin d'ôter son débardeur, désormais inutile, dénudant un buste splendide que composent différents cercles - seins, aréoles ( ...) -, que modèlent différents triangles pointés vers le sol - l'isocèle du sternum, le convexe du pubis et le concave des reins - que creusent différentes lignes - la médiane dorsale qui souligne la division du corps en deux moitiés identiques, sillon qui rappelle en la femme la nervure de la feuille et l'axe de symétrie du papillon -, le tout ponctué d'un petit losange à l'endroit de la crête sternale - le bréchet sombre -, soit une recollection de formes parfaites dont il admire l'équilibre des proportions ...»


Collection Verticales (271 pages consacrées au texte)
Éditions Gallimard

Rentrée littéraire Janvier 2014

Un énorme merci à Annie qui m'a permis de lire ce roman fantastique : elle en fait un LV !

avis :   Annie, Cathulu , Clara, Malika, Valérie, Kathel...

et un de plus pour les challenges de Galéa, d'Asphodèle (Grand Prix RTL-Lire 2014 ou Le Roman des Étudiants 2014 France Culture-Télérama) et de Valérie
A tous prix PépitesRentrée d'hiver 2014


55 commentaires:

  1. Le grand coup de cœur de ce début d'année pour beaucoup de monde si j'ai bien compris. Je le prendrai peut-être demain au salon du livre^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alors, as -tu cédé à la tentation ? Bises

      Supprimer
  2. Je viens de le terminer. Quel roman! Quelle auteure!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tu as l'air d'avoir beaucoup aimé aussi. Bises

      Supprimer
  3. Je ne doute pas de la qualité de ce livre, mais le thème me rebute. Je ferai connaissance de l'auteur avec un autre titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as le choix : Naissance d'un pont paraît l'idéal pour débuter.

      Supprimer
  4. Un roman prenant, émouvant, superbe !

    RépondreSupprimer
  5. Il me fait peur, celui-là ! Connaissant la plume de la Maylis de Kérangal, que j'apprécie fort, comme toi, je me dis que la lecture m'en serait éprouvante. En même temps, les avis sont très enthousiastes, et laisser de côté une belle lecture, hummmmm ... Elle sera sûrement à Saint malo, à "Etonnants voyageurs", je pense que je craquerai, alors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, au contraire, elle sait bien placer ses mots et ne charge pas de pathos son intrigue : c'est une écrivaine très intelligente.

      Supprimer
  6. C'est marrant, une amie me parlait justement hier de ce titre ! J'ai découvert l'auteure avec "Naissance d'un pont" que j'avais trouvé très original et exigeant dans son style. Indéniablement, une plume particulière. Je note ce titre, ton enthousiasme donne envie de voir ce qu'elle donne avec un autre roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle devient une auteure féminine majeure pour moi.

      Supprimer
  7. Tu as même un passage avec des mathématiques! (je te dis merci!!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, qu'est ce que je ne ferai pas pour défendre nos mathématiques, hein ?

      Supprimer
  8. Quand j'ai vu sur ma blog-roll que tu chroniquais ce roman, j'étais presque certaine que tu en ferais une pépite...et je ne me suis pas trompée. Ton billet est formidable (comme souvent quand tu aimes un livre). ce livre remporte une belle unanimité sur tous les fronts....(et comme Kinderzimmer, c'est pile le type de sujets que je fuis habituellement).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être qu'avec le prix Elle, tu vas le lire ?

      Supprimer
  9. Un roman coup de coeur pour beaucoup... il me tarde de le découvrir, même si le sujet me fait un peu peur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à me le réclamer, Annie accepte d ele faire voyager. Bises

      Supprimer
  10. quand j'ai vu l'auteur (à la tv) elle ne m'a pas convaincue, mais là je suis plus que partante merci aux lectrices .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle analyse bien son travail et parfois peut-être va trop haut par rapport à son texte. Enfin, je me comprends.

      Supprimer
  11. Malgré la vague d'enthousiasme que je peux lire ici et là, je ne suis pas très partante pour cette lecture, voir pas du tout. Je me méfie beaucoup des romans qui font l'unanimité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il est rare qu'un livre fasse l'unanimité : je n'en connais pas d'ailleurs. Cela n'empêche que j'ai adoré ce livre.

      Supprimer
  12. Cela fait deux fois que je l'écoute à la radio. Aujourd'hui sur FranceCulture et un dimanche sur France Inter.... Toujours autant envie d'acheter son livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux le lire gratuitement grâce à Annie, si tu le souhaites.

      Supprimer
  13. Une lecture rare, précieuse, magnifique ... Rien que d'y penser j'en ai des frissons d'émotions ! Depuis le début de l'année, il s'agit de mon plus gros coup de cœur . J'ai ressenti cette lecture d'une façon si forte, je l'ai portée ( j'ai été en mode poisson privé d'oxygène pendant plusieurs jours)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'un tel livre est rare sur les étals de magasins.

      Supprimer
  14. C'est vraiment un roman qui fait l'unanimité. Je n'ai pas lu un seul avis mitigé. Je le lirai, c'est certain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un excellent roman, parfait et au contenu inattaquable.

      Supprimer
  15. Le précédent m'était rapidement tombé des mains, alors j'ai beaucoup d'hésitations;

    RépondreSupprimer
  16. On en parle un peu partout, et même si le thème ne me tente pas plus que ça, je vais sans doute craquer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu sans connaître le sujet principal : j l'ai découvert avec la lecture. Bises

      Supprimer
  17. Ce roman fait l'unanimité, j'en ai entendu parler un peu partout et si j'en retiens les conclusions, il faut lire ce livre. Ceci dit, j'ai peur du côté tragique et dramatique du thème, de la prédominance de la mort,... du coup, comme beaucoup, j'aimerai découvrir cette plume mais avec un autre roman. Lequel conseillerais-tu? biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Naissance d'un pont, sans conteste possible. Tangente vers l'Est est très bien aussi. Je viens d'acheter Corniche Kennedy.

      Supprimer
    2. Merci Phili,je note Naissance d'un pont, très intriguée par le résumé lu...

      Supprimer
  18. Je ne veux pas passer à côté, je le note. Un titre aussi beau donne envie. Ton article est juste très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Louise, ton compliment me touche beaucoup. C'est vraiment très gentil ce que tu as écrit là.

      Supprimer
  19. Enorme coup de coeur pour moi aussi comme tu le sais déjà !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui et je le lisais quand j'ai découvert ton article. Bisous

      Supprimer
  20. A priori le sujet ne me tente as trop, mais tu en parles si bien que je le note tout de même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Lecture and cie : je te souhaite beaucoup de plaisir et de bonheur avec ce roman.

      Supprimer
  21. Il va être difficile de passer à côté de ce roman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je passe bien à côté du Lemaître (je me demande comment j'y arrive, d'ailleurs). Bisous

      Supprimer
  22. Je ne me sens pas du tout le courage de le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il n'est pas dur : il est juste parfait. Bisous

      Supprimer
  23. Tu m'intrigues, je le note du coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et j'espère que tu le liras : je le fais voyager !

      Supprimer
  24. pas encore lu, mais il me tarde de le faire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. idem que pour Christie : ce livre voyage !

      Supprimer
  25. Que je suis contente que tu l'aies tant aimé ! Si tu le mets dans les pépites de Galéa, ça signifie que je le mets en coup de coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est un vrai et un beau coup de cœur. Bisous

      Supprimer
  26. J'ai bcp aimé aussi, surtout la façon dont elle a pris son temps, et finalement tout s'impose en douceur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exact : il y a beaucoup d'intelligence dans son traitement. Bises

      Supprimer
  27. Pas du tout un livre pour moi, mais je ne doute pas de la qualité de ce dernier. J'avais beaucoup aimé Tangente vers l'est. Bonne semaine Philisine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme tu veux, Emma : je t'embrasse fort !

      Supprimer