Esprit d'hiver - Laura Kasischke ***

Il est rare que je ferme un roman sans savoir quoi en penser. Parce qu'il recèle de qualités indéniables (une écriture ciselée, des personnages déroutants, une ambiance angoissante qui se tient, une chute parfaite) mais possède un défaut non négligeable (celui de m'avoir lâché en milieu de parcours, au point que je poursuive la lecture en mode rapide, à savoir trois phrases par page, sans perdre le sens global de l'histoire, en m'attardant toutefois sur les dernières feuilles assez saisissantes, quoique prévisibles).  
Résultat :  une note de trois étoiles qui ne veut rien dire ! (Décidément tout se perd ou se gagne, c'est selon !)
Un jour de Noël, il neige beaucoup. Eric laisse sa femme Holly et leur fille adoptive Tatiana seules, le temps de chercher ses parents à l'aéroport. Holly se prépare à accueillir ses amis, des collègues de bureau de son mari, la famille pour ce déjeuner particulier. Pourtant, à l'image de la météo contrariante, l'ambiance familiale n'est guère à la fête : la mère et l'adolescente ont du mal à communiquer, semblent ne plus se comprendre. Entre deux échanges virulents, Holly, inquiète de tout devoir gérer, se souvient de la découverte de Tatiana à l'orphelinat, son passé de poétesse, ses liens amicaux. Les invités se décommandent et le huis-clos plonge !

Si l'idée de rythmer la narration par le présent festif (quoique) et le passé (en Russie, là où est née Tatiana) passe relativement bien, l'intrigue n'empêche pas un certain ennui s'installer. D'abord parce que l'héroïne principale Holly ne cesse de ressasser (et j'ai beau avoir pris de l'âge, je ne suis pas suffisamment gâteuse pour oublier ce qui a été écrit deux pages plus tôt), ensuite le récit s’essouffle :  il est difficile de maintenir un huis clos haletant sans qu'il ne se passe grand chose : mêmes anecdotes (verre brisé, viande tombée au sol, changement de tenue : tantôt du rouge, tantôt du noir, avec ou sans boucles d'oreille, le blizzard bien présent, le téléphone qui sonne), mêmes tourments (remise en question de Holly, prises de tête pour elle et aussi pour moi !).

Pourtant, Esprit d'hiver révèle l'écriture de Laura Kasischke : intéressante, nourrie, riche de détails. Il lui manque juste le souffle narratif d'une Joyce Carol Oates au meilleur de sa forme (même si cette dernière est tout à fait capable de moins réussir certains de ses romans). On sent que l'écrivaine ne laisse rien au hasard, a préparé son intrigue, guide le lecteur, lui donne les pistes rapidement et les noie aussitôt. Je n'ai aucunement été dérangée par ce rapport fille-mère spécial ; j'ai apprécié le questionnement juste de l'adoption (celui de choisir un enfant, celui de l'acheter) et l'étude du phénomène de la résilience (très très bien exploitée : c'est d'ailleurs le point fort d'Esprit d'hiver). 
Je comprends que ce roman ait ses adeptes comme ses détracteurs, il ne laisse pas indifférent. La preuve : j'ai voulu connaître la fin, plutôt que l'abandonner complètement !

Traduction littéraire d'Aurélie Tronchet
Christian Bourgeois Editeur

emprunté à la biblio



et un de plus pour les challenges d'Aspho (prix Elle du roman 2014),  de Miss G, et de Philippe
 A tous prix Romancières américaineschallenge Lire sous la contrainte

52 commentaires:

  1. Je l'ai aimé sans restriction ; j'ai trouvé que le ressassement faisait partie de l'histoire (je ne peux pas en dire plus pour ceux qui ne l'ont pas lu), c'est normal qu'elle ressasse, vu l'état dans lequel elle est. En tout cas, il ne laisse personne indifférent ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il fait partie même de la personnalité d'Holly mais le subir en est une chose, le lire en devient pénible. L'auteure de toute façon est fortiche en matière de psychologie mais elle aurait pu y élaguer un peu les propos redondants, répétitifs, sans gâcher l'intrigue, sans dénaturer Holly.

      Supprimer
  2. Une belle découverte pour ma part, et un univers à part que j'avais apprécié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'univers est intéressant, le traitement par certains moments est longuet même s'il se justifie parfaitement.

      Supprimer
  3. Je comprends mieux, il y a une erreur sur les étoiles. Tu ne voulais pas en mettre trois mais aucune, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une excellente question : en fait, sur certains points, je lui mettrais bien quatre ou cinq étoiles (les descriptions, la psychologie des personnages, le contexte...) mais je n'oublie pas que j'ai failli abandonner le livre et que je l'ai lu en mode rapide (et là c'est tellement rare que j'abandonne un livre que la note attribuée devrait être une étoile ou pire). Donc si on procède à la moyenne, on obtient un petit trois qui en effet ne veut rien dire). Bises (j'ai d'ailleurs failli ne pas le noter et j'aurais peut-être dû)

      Supprimer
  4. ce livre m'a déconcertée et bousculée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis restée trop en retrait pour être bouleversée : c'est une des conséquences de la lecture en mode rapide. Bises

      Supprimer
  5. Je vais faire tâche j'ai horreur de cet auteur que je trouve sans style. Son univers soi disant angoissant me fait à peu près autant d'effet qu'un verre d''eau tiède.... Je sais c'est pas gentil mais c'est ce que je ressens. Bisous ma Phili

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ma biche : on ne va pas être d'accord sur deux points !
      1) Laura possède une vraie plume, certes avec un rythme narratif mou mais qui dissèque et travaille l'univers de ses personnages
      et le 2) arrive de suite

      Supprimer
  6. Et franchement rien à voir avec Joyce Carol Oates... Incomparable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et 2) Si, si, je trouve à Esprit d'hiver des ressemblances avec deux romans que j'ai moins apprécié de Joyce Carol Oates : Délicieuses pourritures et Zarbie les yeux verts, qui me sont passés au-dessus. Parce que je suis nettement moins fan de cette écrivaine (même si je reconnais son talent incontestable et sa réussite sur Nous étions les Mulvaney) que toi, je leur trouve un petit air de famille sur Esprit d'hiver, ou du moins une lignée commune.

      Supprimer
  7. Un texte très particulier, en effet. Je l'ai lu l'année dernière dans le cadre des matches de la rentrée littéraire. Il m'a fait un drôle d'effet et je ne sais pas non plus si j'ai aimé ou pas.
    Je n'avais pas pensé au mot "esprit" pour mon challenge. Bonne idée.
    Voilà donc le premier lien noté.
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  8. Je dois être une des rares à ne pas l'avoir lu ! Il faut dire que je subis la douche écossaise avec cette auteure depuis un an et demi ! Elle m'avait complètement séduite avec "Un oiseau blanc dans le blizzard", haletant du début à la fin (mais court) et j'ai failli abandonner (ou j'ai abandonné) Les Revenants qui m'a profondément ennuyée... Elle a un style, un univers bien à elle (on aime ou pas) mais je pense qu'elle est mieux sur les formats courts ! Je lirai peut-être celui-ci, un jour, quand j'aurais oublié tous les billets que j'ai lus dessus ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les revenants sont à la bilbio et visiblement clivent encore. Je vais tenter les formats très très courts avec elle !

      Supprimer
  9. Il semble un bon conseil de lectura avec un titre suggestif.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  10. J'en avais lu une bonne critique et avais noté le titre, mais du coup, à la lecture de ton billet, j'ai moins envie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu es libre et toi seule, sauras pour toi ! Bisous

      Supprimer
  11. Ah zut :( Mais je peux comprendre qu'on passe à côté même si personnellement j'ai beaucoup aimé. J'espère que tu te laisseras tenter par d'autres romans de cette auteure, notamment A moi pour toujours ou Rêves de garçons qui sont vraiment bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, je note tes conseils. Je ne lui ferme pas la porte. J'ai trouvé des choses intéressantes dans son écriture.

      Supprimer
  12. J'aime beaucoup Kasischke, notamment pour ce que tu en dis (l'ambiance, l'écriture, les personnages...),je trouve qu'"Esprit d'hiver" tient plus de l'exercice de style que du roman. As-tu lu "Les revenants"? Pour moi son chef d'oeuvre à ce jour ! Bonne journée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouille, Les revenants, c'est un roman qui est tombé des mains d'Aspho et toi, tu l'adores !!! Je le sens pas celui-là non plus.

      Supprimer
  13. Le seul que j'ai lu m'a un peu agacée (les défauts que tu pointes) et l'ai terminé en mode "rapide". Pour esprit d'hiver, feuilleter et lire la fin m'a suffi. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ok, je sens poindre une certaine expérience chez toi !!! Bisous mathématiques.

      Supprimer
  14. Un des livres que je n'ai pas terminé. Je me suis trop ennuyée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. donc j'en conclus que tu es moins curieuse que moi ! (ou plus honnête)

      Supprimer
  15. Il m'a perturbée aussi ce livre. Mais au final , j'en garde un bon souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment aimé la fin : il faut lire Esprit d'hiver juste pour son dénouement !

      Supprimer
  16. Un livre qui fait débat, c'est déjà un point intéressant je retiens le nom de l'auteur pour voir de quel côté je me situe .

    RépondreSupprimer
  17. Rho....alors moi j'ai failli le lâcher au milieu tellement je m'ennuyais ma Phili...mais voilà, il était dans mon mois de sélection ELLE, je pense exactement comme toi, les mêmes points forts, les mêmes points faibles, sauf que clairement je lui aurait mis 3 petits nuages. Je ne l'ai pas aimé du tout parce que vraiment le twist final n'a pas rattrapé pour moi les longues pages soporifiques....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, j comprends ton point de vue et c'est effectivement un gros point négatif : mais il y a quelque chose dans l'écriture qui m'a tenu (certes à distance), mais jusqu'au bout. Bisous

      Supprimer
  18. Je rejoins Asphodèle et te conforte dans tes projets de lecture, l'écriture de cette auteure, dans ce que j'ai lu, fonctionne mieux sur des formats courts. Ressérée en moins de pages, je te conseille particulièrement "En un monde parfait". Et désolée Une comète, mais moi aussi je vois des points communs avec Oates .... Que j'apprécie beaucoup également. Les deux à égalité, pour moi ^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que j relirai Laura parce qu'il y a dans sa plume quelque chose qui m'a retenu. C'est rare pour que je m'y intéresse. Bises

      Supprimer
  19. J'avais très envie de la découvrir, mais avec ce titre ou un autre. je n'ai pas de préférence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ai pas de conseil à te donner mais ici et ailleurs, tu trouveras des blogueurs qui connaissent l’œuvre de Miss Kasischke sur le bout des ongles (oui, jusque là !)

      Supprimer
  20. Je vais pouvoir me faire mon avis bientôt, il vient de rejoindre ma PAL; après m'être dit qu'il n'était pas pour moi, l'avis d'Aifelle assez récent m'a fait chenger d'avis et j'ai craqué. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette : j'ai hâte de lire ce que tu en penses.

      Supprimer
  21. changer évidemment , voilà ce qui arrive lorsqu'on ne relit pas !! Re bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. no soucy : même moi, je ne me relis pas sur mon propre blog ! C'est dire...

      Supprimer
  22. J'ai énormément aimé certains de ses romans alors il me faudra absolument lire celui-ci. En hiver tant qu'à faire !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est en effet la meilleure saison ! bisous

      Supprimer
  23. La première de couverture ne m'attirant pas du tout, les différents avis ne m'avaient pas convaincue de franchir le cap!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce livre est déroutant mais intrigant aussi. Alors à voir par toi-même !

      Supprimer
  24. Ce roman me laisse perplexe.. Vu tout ce que je lis le concernant, je vais encore attendre pour l'emprunter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne laisse personne indifférent et possède des qualités indéniables. Bisous

      Supprimer
  25. Il va falloir que je me fasse mon avis sur ce roman quand même... Je me demande dans quel "camp" je me situerais...

    RépondreSupprimer