Debout-payé / Gauz ****

Comme promis à Keisha, j'ai réemprunté Debout-payé à la biblio pour le terminer (je ne voulais pas au départ le garder trop longtemps et priver les autres habitués de ma médiathèque). Deux emprunts pour un même bouquin, les stats d'activité municipales me remercient !
Debout-payé offre une lecture instructive sur les conditions de travail des clandestins et en particulier ceux qui occupent un emploi de vigile dans les magasins parisiens de parfumerie, de luxe etc. 

Le comportement de la clientèle, concentrée d'âmes humaines, y est disséqué au scalpel. Le regard vif, le verbe haut et tranchant, Gauz, à travers ses héros Ossiri, Ferdinand et Kassoum, n'épargne personne et égratigne comme il se doit, le « pays d'accueil », le fameux grand frère de l'Afrique, celui qui s'échina à imposer sa culture, à se moquer (et à affaiblir par la même occasion) des croyances ancestrales, à s'enrichir (tant qu'à faire) et à protéger des dictateurs en place : la France !

Debout-payé se lit d'une traite : tour à tour roman, pamphlet, manifeste, ce texte prend sa puissance à la fois dans la forme et dans le fond. 

Alternant les récits de vie d'Ossiri/Kassoum et les scénettes, Gauz dévoile un indéniable talent du slogan, de l'expression qui fait mouche : le métier de publicitaire l'attend, s'il le souhaite. 

J'ai aimé les réflexions dignes de cet homme instruit, sensible à la situation des mal logés, victimes de marchands de sommeil. J'ai apprécié son analyse sur notre monde consumériste et les contradictions que nous portons tous, notre éternelle envie de nouveautés, notre dispersion, notre inconstance. Le phrasé de Gauz m'a paru plus convainquant sur les petits mots : la courtitude textuelle lui sied comme un gant. 

En résumé : Debout-payé est un premier roman très réussi, à découvrir assis !

page 82  

GOÛT DE RACAILLE. Les jeunes de banlieue à qui l'on donne le titre abusif et arbitraire de racailles viennent se parfumer systématiquement au rayon Hugo Boss, ou avec One million de Paco Rabanne, une bouteille en forme de lingot d'or. Il y a du rêve dans la symbolique et de la symbolique dans le rêve.

page 122

SENS. Dans les allées des parfums, l'éclairage est feutré. Privilégier l'odorat.
Dans les allées des maquillages, l'éclairage est vif. Privilégier la vue.
Partout, la musique est nulle. Privilégier la surdité.  

PORTÉE DÉGRESSIVE. Dans le sens « Vue, Ouïe, Odorant, Toucher, Goût » , les cinq sens ont une portée dégressive.
   
Éditions Le Nouvel Attila

rentrée littéraire 2014

emprunté à la biblio

avis : Jérôme (je viens de réaliser que j'ai choisi le même extrait que toi : les grands esprits se rencontrent !), Keisha, Luociné, Violette,

et un de plus pour les challenges de Daniel , de Denis (pour la Côte d'Ivoire) et d'Aspho (prix 2014 des Librairies Gilbert Joseph)
Premier roman 2015A tous prix

32 commentaires:

  1. J'ai la ferme intention de le lire et il est à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  2. Ouh là tu me mets la pression,, mais tu as aimé!!!

    RépondreSupprimer
  3. Tu ne me croiras pas : je l'ai emprunté il y a plusieurs semaines, ne l'ai même pas ouvert et du coup, forcée à le rendre intact. Tu me tentes beaucoup à aller le rechercher.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et voilà, tu retentes la même expérience que moi : ce livre a été créé pour augmenter les stats d'emprunt des biblios, j'en suis convaincue !

      Supprimer
  4. M'étonne pas que nos grands esprits se rencontrent ;)
    Et moi aussi je suis tombé sans réserve sous le charme de "la courtitude textuelle" de Gauz.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il est très bon sur ce registre. Dans celui du récit, j'ai trouvé qu'il lui manquait encore le rythme de la narration.Mais comme il me semble bien doué et qu'il connaît la musicalité des mots, il ne devrait pas avoir de mal à se frayer son propre chemin.

      Supprimer
  5. J'en avais entendu parler à sa sortie. Il m'intéresse pour le côté vécu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il est surtout passionnant sur la démarche analytique de nos faits et gestes. J'ai vraiment adoré ses scénettes.

      Supprimer
  6. J'ai très envie de le lire mais là... j'ai beaucoup trop de livres qui m'attendent dans ma PAL, sans compter les emprunts et autres livres voyageurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je comprends tout à fait. Il y a tant à faire.

      Supprimer
  7. L'auteur était passé à la grande librairie et je l'avais trouvé très intéressant !! Il a l'air très sympa (le livre mais l'auteur aussi ;0) Bisous, bon week end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur me semble une personnalité nourrie et riche de bienveillance. Je serais ravie de le rencontrer.

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord avec toi, j'adorerais qu'il fasse un petit passage dans ma librairie favorite !!

      Supprimer
    3. Gauz : votre lectorat vous réclame à cor et à cri !!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
  8. Alors tu sais que j'étais très tentée au début, et puis j'avais lu quelques billets qui disaient que ça ne tenait pas la longueur (on a même parlé d'imposture médiatique plus que d'une oeuvre littéraire), du coup , il n'était plus dans mes priorités, mais toi on peut dire qu'il t'a sérieusement emballée....
    Ecoute, je vais réfléchir finalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, j'ai souri en lisant l'expression "imposture médiatique" parce que là, le concernant, lui, et sur cette œuvre-ci, il n'y en a clairement pas pour moi. Mais bizarrement d'autres noms me sont venus naturellement, et plus médiatisés qu lui d'ailleurs. La bienséance m'interdit de les citer. Bisous

      Supprimer
  9. Je suis intriguée. Encore un de noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une belle découverte, étonnante même.

      Supprimer
  10. Je dois être une des rares à ne pas être encore tentée...

    RépondreSupprimer
  11. Blogspot refuse toujours mes coms à partir de mon ordi. Je fais des essais régulièrement mais rien à faire! De l'école, ça fonctionne. J'en profite pour te faire un petit coucou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou, Philippe et merci pour tous ces efforts de lien ! Bisous

      Supprimer
  12. moi aussi j'avais beaucoup aimé. Quelle originalité surtout, il ne ressemble à aucun autre livre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exact et les ruptures de rythme imposées par le style sont intéressantes.

      Supprimer
  13. Je ne suis pas très tentée par ce livre, je changerai peut-être d'avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as le droit de ne pas être tentée. J'aurais dû être plus convaincante. Bises

      Supprimer