De pierre et d'os - Bérengère Cournut *****

De pierre et d'os narre l'épopée d'une adolescente inuit séparée de sa famille le jour d'une fracture de banquise.
Je pense que je vais être économe en paroles sur ce roman-ci, comme si son univers imposait le silence, la contemplation et le respect.

La plume précise de Bérengère Cournut provoque facilement la visualisation : on a froid, on a faim, on est envahi de blanc.
 
J'ai tout aimé dans cette histoire : les parties poétiques invoquant les esprits, les descriptions de chasse, de construction d'igloos, les conditions de survie, les paysages, les relations humaines et sociétales, l'évolution de l'héroïne -son instinct de survie, sa mise en danger permanente, sa capacité à ne pas se perdre complètement, à faire confiance durablement (parfois aveuglément), à aimer, à se tromper, à construire et à se construire. 

Ce qui m'a particulièrement plu est l'approche intelligente et romancée de la culture inuit, où on apprend qu'une grand-mère est aussi la fille de sa fille, où un nouveau-né est prénommé lors du décès d'un autre et est affublé d'esprits animaliers, où justement ces esprits détournent la raison, où l'adoption est naturelle, où la vie est fragile, où la loi s'applique par des règlements de compte. 

Pourtant l'autrice ne nous épargne et n'épargne pas Uqsuralik mais tout événement, même le plus scabreux, se fonde dans la masse de l'intrigue, comme une étape de vie. Ce parti pris détonne, il n'y a aucune mièvrerie, aucune pesanteur sur les conditions de vie éprouvantes où la faim tiraille constamment les estomacs, où la valeur d'un être se mesure à sa capacité à nourrir sa famille, à partager aussi. D'ailleurs, dans cette culture primitive, pas d'école : le langage est uniquement oral et s'exprime aussi par le chant. 

L'écriture de Bérengère Cournut est belle et diverse, montre l'aisance de l'autrice dans le pur roman comme dans le chant prophétique, nourrie par l'immersion dans le muséum d'histoire naturelle à Paris et la rencontre avec des ethnologues. 

De pierre et d'os est un roman apaisant, racé, qui évade autant qu'il cultive et qu'on quitte très très très difficilement (j'ai prolongé volontairement la lecture ; c'est un signe qui ne trompe pas).
En toute fin de l'ouvrage, on a le droit à quelques photos émouvantes, belles, de grande classe à l'image de cet excellent roman qui a reçu un prix littéraire (prix du roman Fnac 2019) archi mérité.

Éditions Le Tripode

15 commentaires:

  1. Oh la la tu me donnes envie !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux te l'envoyer si tu veux. Il faut juste que tu me communiques ton adresse postale à jemelivre[at]gmail.com. Bises

      Supprimer
    2. c'est super gentil de me proposer, mais j'ai repéré qu'il était à la médiathèque, ça sera plus simple ;-) mais merci!

      Supprimer
  2. Ce n'est pas tellement ce que je lis habituellement, mais je vais le suggérer à ma médiathèque pour pouvoir l'emprunter ensuite ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai écrit à Enna, mon exemplaire voyage. Si vous voulez lire cette belle histoire faites-le moi savoir et je vous enverrai mon exemplaire.

      Supprimer
  3. Je pourrais le lire. Contemplation, poésie... j'aime beaucoup ce que tu écrit.
    Par contre, le "une grand-mère est aussi la fille de sa fille" va me torturer toute la journée. Il faut que je fasse un schéma sur papier !
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas voir, je l'ai mis volontairement car cela est diffus dans le roman (surtout en dernière partie) et c'est génial. J'ai vraiment une tendre affection pour ce livre onirique, lyrique, romanesque et documentaire. Il est très complet.

      Supprimer
  4. écris ! grosse faute. Tu corriges ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non car je serais obligée de supprimer ton com'. T'inquiète, je sais que tu as une excellente maîtrise du français et que les coquilles arrivent de temps en temps à tout le monde. Bises

      Supprimer
  5. Après avoir lu une autre chronique au sujet de ce livre, je l'ai noté. Je constate que tu l'as bien aimé aussi :)
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai feuilleté en librairie, mais je crois que ce n'est pas pour moi ce genre de livre.

    RépondreSupprimer
  7. je l'avais aussi beaucoup aimé et comme tu dis elle ne cache rien de la rudesse de la vie là-bas !

    RépondreSupprimer
  8. J'ai aimé aussi les photos à la fin qui prolongent la lecture.

    RépondreSupprimer