Le discours - Fabrice Caro ***

Je dois cette lecture à Jérôme et à Comète tellement enthousiastes que j'ai succombé. Je ne regrette pas du tout cette lecture agréable et sympa mais pour la mener à bien et sans craindre de m'ennuyer, j'ai lu en parallèle un autre livre (qui, lui non plus, ne m'a pas scotchée direct). Cette nécessité de complément littéraire est un peu rédhibitoire mais explicable.
Adrien est un quarantenaire en pause sentimentale depuis 38 longs jours et cet arrêt non souhaité et momentané (du moins l'espère-t-il) commence à lui courir sur le ciboulot. Pour parfaire le tout, sa bienaimée frangine (Sophie) va se marier bientôt et son futur beau-frère (Ludovic qui l'adore et qu'il adore) lui a fait une suggestion qui ne se refuse pas (et qu'Adrien aimerait bien refuser, avec un peu de cran et un caractère moins empathique) : " Tu sais, ça ferait très plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie." Et cerise sur le gâteau : aujourd'hui est dédié à un repas en famille (papa, maman, Adrien et le couple d'amoureux) où tous les bons souvenirs et les bonnes vieilles habitudes (querelles comprises) remontent à la surface et sont ressassés à l'envi. N'en jetez plus : en bref, que du bonheur ! 

Fabrice Caro a la plume alerte et possède une sacrée dose d'humour. Le premier chapitre est à mourir de rire (j'aurai dès à présent une vigilance sur les porte-serviettes) et propose une entrée fracassante dans le récit. Dans Le discours, on y voit un héros cultivé et déprimé, qui hésite beaucoup, réfléchit au moindre mot, digresse énormément, fait preuve d'une savoureuse autocritique et de douce ironie. On comprend pourquoi Sonia se soit fait la malle, malgré l'amour attentionné de ce charmant homme amoureux, agréable certes, mais hésitant par manque de confiance en lui. La rupture non voulue est une claque qui enfonce son égo déjà bien bas. Le moindre sms lui coûte, l'élaboration d'un discours lui prend tout le repas et surtout la tête. 210 pages de tergiversations en tout et pour tout, enveloppées d'humour, de tendresse, de légères moqueries, d'autodérision, de souvenirs, de questions du style " Pourquoi mon couple a foiré ? ", " Quand la chute a démarré ? ", " Quoi faire pour récupérer Sonia ? " mais aussi des élaborations de discours intérieur à chaque temps du repas.

Le discours de Fabrice Caro est dans la même veine qu'Une pièce montée de Blandine Le Callet ou Les gens sont les gens de Stéphane Carlier. Une écriture fluide, un succès public mérité parce que ce roman parle à tout le monde et est accessible sans exiger une forte concentration, parce que le héros sympathique malgré son pathos (à travers lui, on peut tous se reconnaître si on a vécu une ou plusieurs phase(s) en mode bas dans la vie), l'histoire se lit vite et sans déplaisir, et ne fait de mal à personne, du genre feel good in real life.
Après, les nombreux questionnements d'Adrien et le rythme monotone (repas-discours-repas-discours...) finissent par tourner en boucle et il m'a manqué du peps tout au long de cette intrigue. Ce qui explique l'appel à un ami (euh non)  un second livre.

À la mode d'Alex, je retiendrai quelques images ou scènes : le nombre et la nature des sms envoyés ou espérés, le souvenir du cadeau écolier de fête des mères et la jolie et sentimentale chute de vélo dans un parc et tout l'espoir qu'elle porte.

Éditions Folio

autres avis : Jérôme, Comète, Clara, Autist Reading, Cathulu, Hélène, Noukette, La chèvre grise , Athalie, ...

34 commentaires:

  1. Merci pour la découverte. Je ne connaissais pas.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman a trouvé son public en France. Fabrice Caro est aussi connu comme dessinateur de BD sous le pseudo de Fabcaro. Je n'ai encore rien lu de lui dans le registre des BD.

      Supprimer
  2. Je dois être la seule à m'être ennuyée à cette lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non tu n'es pas la seule. Je l'aurais été si je n'avais pas lu un autre livre. Le côté répétitif (lié en partie au caractère du personnage qui ne cesse de ressasser et au moment -repas de famille dont les membres se voient si peu pour trouver des éléments de conversation communs autres que les souvenirs ou des sujets d'actualité épuisés) contribuent à ce sentiment de lassitude. Mais la plume alerte et l'humour de Fabrice Caro relèvent le tout, je trouve.

      Supprimer
  3. Un auteur que je ne connais pas du tout.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai tenté une seule BD de cet auteur, qui m'est tombée des mains .. du coup j'hésite beaucoup pour son roman. J'avais aimé "Une pièce montée" dont j'avais d'abord vu le film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu de BD de lui. Mais je ne serai pas surprise de découvrir un auteur au graphisme épuré ou peut-être moins recherché que chez d'autres auteurs, mais avec un texte travaillé et cinglant. Fabrice Caro a une écriture fluide et naturelle, un côté catchy. En tout cas, je vais jeter un oeil sur son oeuvre BDesque dès que possible.

      Supprimer
  5. Je veux tenter pour "comparer" avec ce qu'il fait en BD :)

    RépondreSupprimer
  6. Lecture décevante, sans doute suis peu sensible à son humour; de ce fait, je l'ai trouvé bien trop long.
    danielle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc j'ai bien fait de lire un autre livre : lire les deux romans en même temps m'a aidée à les achever tous les deux et aussi à mieux apprécier leurs qualités (et leurs défauts). Le discours est finalement un roman clivant. Pourtant il est assez bien mis en avant pour le rayon livres des supermarchés.

      Supprimer
  7. Je ne connais pas du tout mais pourquoi pas ? je tenterai bien cette lecture un jour... je note ;)
    Merci pour la découverte, bonne journée

    RépondreSupprimer
  8. Voilà exactement le reproche que j'ai fait à ce roman et qui m'a fait abandonné : ça tourne vite en boucle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai retrouvé ton article sur les abandons dont la lecture de Le discours fait partie. Oui je comprends complètement ton argumentaire.

      Supprimer
  9. J'ai lu des avis positifs mais j'ai un peu peur de m'ennuyer et ton billet en demi teinte me fait craindre que je tombe du mauvais côté ;-) j'attendrai encore un peu et si je le lis ça sera sans doute en l'empruntant plutôt qu'en l'achetant ... au cas ou ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le trouveras en biblio à mon avis assez facilement.

      Supprimer
  10. J'en garde un très bon souvenir de lecture, sourire aux lèvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai des souvenirs qui s'estompent. À part les images dont j'ai parlé. Ce roman me marquera moins qu'il ne fait pour toi.

      Supprimer
  11. Je l'ai lu, mais j'avoue que plusieurs mois après, il ne m'en reste presque rien... j'avais l'impression d'un livre ou d'un film déjà vu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends et je vais avoir la meme réaction que toi, à mon avis.

      Supprimer
  12. Si le cœur t'en dis, essaie son premier roman Figurec; il y a une petite touche supplémentaire un chouïa fantastique qui réussira peut-être à mieux te plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je prends note de Figurec et te remercie de ce conseil. De toute façon je lirai une ou plusieurs BD de Fabcaro, histoire de ne pas rester sur Le discours.

      Supprimer
  13. Toi aussi, il te reste des images en fin de lecture....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas toujours mais quand elles sont prégnantes et que je pense à les décrire, je les cite et je te cite !

      Supprimer
  14. Un lecture triste et légère qui sans m'enthousiasmer m'a fait passer un bon moment. Il y a des passages un peu longuet oui, mais j'ai bien aimé la progression des différents discours imaginés par le personnage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette progression des discours m'a nettement moins enthousiasmée que toi : elle m'a même soûlée à la fin, c'est dire.

      Supprimer
  15. Je l'ai offert à mon fils, qui a été un peu déçu, préférant l'humour de ses BD.

    RépondreSupprimer
  16. C'est une lecture parfaite pour se détendre sans se prendre la tête. Ni plus ni moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lecture agréable pour moi, uniquement. Je n'irai pas jusqu'à parfaite car il m'a fallu un autre livre.

      Supprimer
  17. Rhaa, je l'avais repéré et... oublié, je le note à nouveau pour l'emprunter à la bib dès que possible !

    RépondreSupprimer