L'immeuble Yacoubian - Alaa El Aswany ****

Si l’Égypte contemporaine reste celle décrite par Alaa El Aswany, alors on a tout lieu de s'inquiéter pour la gente féminine. Les derniers échos ne me rassurent guère. Sous les mêmes principes que ceux édictés par le gouvernement islamiste tunisien actuel qui tente de décréter que « La femme est un simple complément de l'homme », l'ultime dessein d'une jeune fille réside ici en le mariage. Chouette point de vue, non  ? (comment cela, vous n'êtes pas d'accord ?).
Au Caire, dans l'immeuble Yacoubian, tous rêvent d'un futur meilleur : le brillant fils du concierge Tahar, le bourgeois perpétuellement amoureux Zaki, l'affairiste olé olé Azzam, la splendide Boussaina et le journaliste Hatem. Aspirant à monter l'échelle sociale, affective ou politique, tous cherchent à quérir un peu plus de bonheur ou de reconnaissance sociale. Malheureusement, la misère pervertit l'ambiance générale, alimente la corruption et les médisances, favorise la radicalité et l'extrémisme, détruit les parcelles résiduelles de générosité. Plus de moteur social, plus de moralité, une société viciée de l'intérieur où tout s'achète, tout se vend (les relations extraconjugales, en particulier les homosexuelles, les secondes épouses en déshérence), le début d'une anarchie organisée et d'une déviance spirituelle. Au final, peu de chanceux et une hécatombe sociologique édifiante.

Piqûre indispensable de rappel, L'immeuble Yacoubian recense les maux du pays des Pharaons. Malgré ce portrait sombre, on suit avec intérêt le parcours de chacun : la révolution égyptienne de 2011 ne doit pas son déclenchement au hasard, ni à l'activisme de certains.

En espérant que les femmes n'en deviennent pas les premières victimes, comme ce qu'on craint en Tunisie... 

Traduction de Gilles Gauthier 
Éditions Babel

un de plus dans le challenge Premier roman d'Anne (j'ai la patate)


Un énorme merci à ma Comète préférée pour tout et particulièrement pour ce livre-là.

28 commentaires:

  1. Noté depuis longtemps, mais dans l'immédiat il ne me dit rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les thèmes étudiés sont lourds mais la narration reste parfaite

      Supprimer
  2. C'est certainement un très bon livre mais je n'ai pas réussi à le finir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais dans d'excellentes conditions pour lire ce livre : en vacances, avec du soleil, beaucoup de joie autour de moi et une envie débordante de rentrer dans l'Histoire égyptienne contemporaine. Voilà !

      Supprimer
  3. Un roman dont j'avais beaucoup aimé l'ambiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, une ambiance travaillée tout comme les personnages.

      Supprimer
  4. Encore un qui traîne dans ma PAL, tiens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et bien quant à moi, ma PAL fait du surplace à cause de Léon mais ensuite je m'attelle sérieusement à sa descente ... finale (on peut rêver, non ?)

      Supprimer
  5. Je suis ravie que tu aies aimé ce livre, qui a fait l'objet d'une lecture commune avec deux amis et d'echanges passionnés! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. échanges passionnés comme ceux du livre: ça promet !

      Supprimer
  6. Je l'ai commencé..... mais non terminé

    RépondreSupprimer
  7. J'avais eu peu de mal au départ à rentrer dans les histoires fourmillantes de tous ces personnages et puis après les rails se sont mises en place. La noirceur des conditions sociales, des relations humaines, de tout ce que tu décris, se teinte de tendresse, et il y a même un petit rayon de soleil, à la fin, non ? (je me souviens de l'avoir terminé avec le sourire en tout cas). J'avais trouvé "Chicago", le deuxième du même auteur encore mieux ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, la mariage mais néanmoins je ne le considère pas comme un premier choix pour l'un des deux protagonistes, d'où ma profonde tristesse à son égard.

      Supprimer

  8. J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre, c'est un beau portrait de société qui donne à réfléchir mais qui inquiète un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tout à fait d'accord. Une vraie analyse sociologique de la population du Caire.

      Supprimer
  9. Haaa mon com a sauté !!! Je ne réecris pas tout : juste pour dire et redire qu'il faut lire ces auteurs qui se battent avec l'obscurantisme qui gagne du terrain et les feuilles prometteuses des "printemps" vont vite tomber...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une mission pour les romanciers arabes : servir de lumières pour les populations comme nos Lumières ont concouru à la Révolution Française.

      Supprimer
  10. J'ai beaucoup de lectures en attente en ce moment, donc je ne le note pas.

    RépondreSupprimer
  11. d'accord avec Asphodèle, même si malheureusement la littérature ne peut pas tout...aidons aussi ces femmes à passer à l'action...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La littérature ne peut pas tout mais elle sert aussi à éveiller les consciences dont certaines féminines.

      Supprimer
  12. de Zola à Perec, la vie des immeubles me plait toujours ... j'aurais dû être concierge ! :-)

    RépondreSupprimer
  13. j'essaie de ne pas l'être (en ne participant pas aux cancans !!!!! je sens que je vais me faire des amis parmi les gardiens et gardiennes... c'était une blague !!!!)

    RépondreSupprimer
  14. Un roman archi conseillé par une de mes libraires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui avec raison, je peux te l'envoyer en un pack (avec d'autres bouquins) si cela te dit !

      Supprimer
  15. Ah j'avais adoré ce roman à sa sortie !

    RépondreSupprimer