Peste & Choléra - Patrick Deville *****

Lorsque vous avez devant vous une biographie extraordinaire truffée d'intelligence, attendant patiemment un petit avis littéraire de votre part (que vous avez du mal à rédiger: trop de pression tue l'inspiration), vous avez de quoi vous sentir tout intimidé(e) : c'est un peu ce qui m'arrive ! Surtout si l'objet en question a évité le prix Goncourt 2012 en raison d'un couronnement féminin anticipé, ma colère sourde gronde mais ma copine Hélène Choco a repris le flambeau pour exprimer tout mon énervement (oui, Phiphi, mémère devant l’Éternel, a besoin de se ménager). Reconnaissant volontiers l’honnêteté dont fait preuve Bernard Pivot, je regrette juste cet argument fallacieux et caduque : « le prix Goncourt troublé par le Fémina -ça y est, les prix se font de l'oeil maintenant... on ne pourrait pas dire ce qu'il se serait passé si Deville n'avait pas eu le Fémina, mais peut-être aurait-il eu le Goncourt - la France, terre de courageux jurys dont l'avis n'empiète absolument pas sur les plates-bandes des éditeurs ! ». Bon, trêve de bavardages inutiles (France, modèle de courtisans et de compromission à toute échelle sociale - promis, je m'arrête là !), ce n'est pas tout mais Patriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiick attend.
Alexandre Yersin est du genre à ne pas tenir en place. Loin d'être hyperatif mais en tout cas super intelligent, ce touche-à-tout scientifique, éminent découvreur du bacille de la peste, ne s'est jamais contenté d'une place soporifique honorifique auprès de Louis Pasteur, son illustre mentor à Paris ou ailleurs. Selon le vieil adage populaire « la vie est courte, profitons-en ! », Alexandre Yersin n'a eu de cesse de connaître plusieurs existences, évitant consciencieusement les zones des conflits armés (la politique ne fait pas partie de ses trucs) : biologiste, médecin des Messageries Maritimes, bactériologiste et microbiologiste, explorateur à ses heures, initiateur du caoutchouc (sa passion pour les voitures l'explique) et d'une boisson gazeuse sucrée qui a donné les couleurs du Père Noël, il découvre son petit coin de paradis à Nah Trang, en Indochine française. Peu enclin aux relations féminines autres que filiales ou fraternelles (entretenant de nombreuses correspondances avec sa mère Fanny et avec sa sœur Émilie, éprouvant un plus grand détachement vis-à-vis de son frère), Alexandre s'entoure de garçons, partageant avec eux son savoir (et peut-être plus, la biographie laisse planer le mystère). Présenté comme misanthrope (hypothèse que je réfute), Yersin ne cherche pas la compagnie des autres et passe de longs mois dans ses montagnes, attiré par les nouvelles cultures, les peuplades inconnues. Toujours à l'écoute de son prochain -surtout lorsque ce dernier demande (a besoin d') une aide- il rapplique lorsque les pandémies se déclarent, aux injonctions de Calmette, de Roux ou de Pasteur. Homme d'honneur et aux convictions fidèles, Alexandre Yersin méritait bien cette belle biographie que Patrick Deville lui a rédigée.

Bourreau de travail et de documentations à la modestie impressionnante, Patrick Deville n'a jamais cherché à tirer la couverture à lui, évitant d'échenozer son écrit, d'où cette possible sensation de froideur qu'a notée Hélène. Toutefois, en éclairant cette vie passionnante de façon subtile, Patrick Deville laisse une très jolie empreinte dans cette rentrée littéraire 2012, un roman qui me touche par les mots que j'y ai lus. Jérôme a lui aussi succombé.
Un énorme regret : le titre Peste & Choléra que j'aurais bien renommé Yersinia pestis (leitmotiv fréquent du livre) en hommage à la découverte majeure de ce découvreur de génie et à son nom (évincé de prix prestigieux comme le Nobel de médecine, malgré la reconnaissance de ses pairs.... soupirs).

pages 200- 201 : « Roux comme Pasteur vénérait la République et le triple emblème. Et que ces trois mots l'un sans l'autre n'ont pas de sens. Que la liberté n'est pas la licence et que l'injuste ne peut être libre, qui est victime de ses passions. Que l'égalité doit être celle des chances au départ et du respect du mérite à l'arrivée, qu'en conséquence l'héritage est banni sauf s'il est affectif et se réduit à trois sous. C'est à la collectivité qu'il faut remettre l'essentiel. »

page 71 : « Tu me demandes si je prends goût à la pratique médicale. Oui et non. J'ai beaucoup de plaisir à soigner ceux qui viennent me demander conseil, mais je ne voudrais pas faire de la médecine un métier, c'est-à-dire que je ne pourrais jamais demander à un malade de me payer pour les soins que j'aurais pu lui donner. Je considère la médecine comme un sacerdoce, ainsi que le pastorat. Demander de l'argent pour soigner un malade, c'est un peu lui dire la bourse ou la vie. »

Éditions Seuil

rentrée littéraire 2012

Prix Fémina 2012
Prix du roman Fnac 2012
Prix Goncourt Phiphicourt 2012

Merci à Jean-François Delapré, libraire à Lesneven (29) au Saint-Christophe pour cet excellent conseil donné en août 2012.  

avis : Evalire, Nina

54 commentaires:

  1. Quoi qu'en disent les fameux prix, c'est un livre à lire, un livre que je lirai et qui me permettra de découvrir cet auteur, par aillaers tant entendu depuis la rentrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que cette lecture devrait te plaire.

      Supprimer
  2. Décidément, ce pauvre homme n'a pas de chance avec les prix :/ (rater le Goncourt par procuration après le Nobel...) Mais il a reçu le Phiphicourt, c'est encore mieux, n'est-ce pas?
    Plus sérieusement, avec deux fléaux dans son titre, ce livre ne m'a jamais attirée à la librairie. Je prends donc connaissance de son contenu grâce à toi et à une autre blogueuse. Je me laisserai peut-être tenter un jour, tes extraits choisis (merci !) me plaisent assez bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La malédiction Yersin ! le Phiphicourt, inventé exceptionnellement pour ce roman, clôture la polémique de mon côté. Le titre est , je trouve, peu engageant. Bises

      Supprimer
  3. Je ne suis pas trop tentée par le sujet mais ton enthousiasme une fois de plus me fait noter une fois de plus ce livre. J'ai beaucoup aimé ton néologisme, "évitant d'échenozer", même si par ailleurs j'ai bien aimé le Echenoz que j'ai lu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime la plume d'Echenoz, et je pense que Deville aussi mais il s'est mis en retrait par rapport à son héros. J'ai apprécié dans ce livre l'effort de reformulation de la pensée du scientifique.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. J'espère que tu aimeras cette lecture. Je t'embrasse fort.

      Supprimer
  5. Je suis en général peu attirée par les prix de la rentrée littéraire, mais celui-ci me tente beaucoup. Et si en plus il reçoit le Prix Phiphicourt, alors je n'ai aucune raison de ne pas le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss Léo, tu es un amour ! Je t'embrasse fort. N'hésitez pas me le demander, je le fais voyager sans problème (au contraire)

      Supprimer
  6. Courageux l'anonyme du dessus !!! est-qu'il est au courant que si ça ne lui plaît pas, c'est simple, il ne clique pas sur ton blog, gros dégourdi va !! Bon, revenons à notre sujet. Je ne m'occupe absolument pas des prix, dont on sait quand même tous que bon, mieux vaut ne pas connaître la popote qui est derrière. Ce livre me tente depuis sa parution, pour son thème original, je le prendrai tranquillement à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de supprimer le message, non pas que je déteste la contestation mais je la préfére argumentée. Bizarrement, le modérateur de mon blog ne s'est pas mis en veille sur son com. Ce qui peut laisser envisager le cas que l'anonyme de service a écrit ici sous un autre nom.
      Quant au livre, je peux le faire voyager sans problème. Bises et merci pour le soutien.

      Supprimer
    2. Tu as bien fait de le supprimer, c'est que ce que je fais aussi quand un commentaire est totalement hors sujet (par exemple, pub pour son propre livre). Je n'ai pas encore eu le genre d'idiotie gratuite de ton anonyme.

      Supprimer
    3. Je ne te souhaite pas cette mésaventure mais sais déjà que Clara et Sharon sont malheureusement coutumières de ce genre d'expérience (douloureuse, je dois le dire). Ce qui me choque le plus, n'est pas la critique sur mes avis mais plutôt de considérer des œuvres comme de la m.... Je ne me permettrai jamais de dire d'une œuvre qu'elle est nulle : j'expliquerai juste que je ne l'ai pas aimée. C'est tout.

      Supprimer
  7. Effectivement, trop froid à mon goût...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends mais la beauté de certaines pensées a effacé ce côté aseptiisé.

      Supprimer
  8. J'ai tout aimé dans livre : le ton, la construction entremêlant le passé et le présent avec le fameux "fantôme du futur" et son carnet en peau de taupe. Un très beau texte.

    (mon modeste avis : http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2012/09/peste-cholera-de-patrick-deville.html)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je copie le lien ce soir. Très vite donc. Mille mercis pour ce partage.

      Supprimer
  9. Je l'ai commencé, ai bien accroché au style, mais ai eu peur de trop de détails déjà connus, les colonies, tout ça. Je viens dire que je regrette, et que je compte bien le reprendre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuse pas, on a tellement de livres en attente. Lis-le quand tu veux, quand tu peux et surtout quand tu en a envie. Je lirai ton avis avec un réel plaisir.

      Supprimer
  10. Le sujet ne m'attire pas du tout, mais après ce billet très élogieux, je le tenterais peut-être en poche ...

    RépondreSupprimer
  11. Des avis vraiment très différents sur ce roman. Mais je ne suis toujours pas tentée.

    RépondreSupprimer
  12. Je n'aime pas trop en général les publications de cet éditeur et en plus, le thème ne me tente pas à priori. Toutefois, comme n'arrête pas de lire et d'entendre du bien de ce livre, je vais peut-être me laisser tenter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais où tu peux le trouver et je serai très heureuse de te l'envoyer. Bises

      Supprimer
  13. Ben c'est qui l'anonyme très courageux qui vient polluer le blog de ma Phili?????? Tu as bien fait de supprimer !!
    En tout cas, je lirai "Peste et choléra", tu en parles trop bien... Bisoussss

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir Philisine Cave, j'ai une collègue qui l'a lu, elle a beaucoup apprécié ce roman au sujet qui sort de l'ordinaire. J'attends qu'elle me le prête. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sympa, ces échanges entre collègues, j'en ai connu un récemment qui m'a permis de redécouvrir Steinbeck.

      Supprimer
  15. AHAHAHAH!! :-D Tssss, tes billets me font toujours rire (enfin, quand tu fais de l'humour, einh, je rigole pas quand tu parles sérieusement!!). Pauvre Deville, à la lecture de ton bilet et vu ton enthousiasme je comprends pourquoi tu es en pétard contre Pivot-le Goncourt- l'establishment- les coupes de champagne, bref, tout ce qui a pu écarter Deville du Goncourt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant que j'ai dit ce que j'avais à dire, je passe à autre chose et le jury Goncourt assume son choix.

      Supprimer
  16. eh bien venant de terminer le Goncourt, et l'ayant très moyennement apprécié ( mon billet sera publié demain), je viens rajouter de l'eau à ton moulin: oui, il méritait de l'avoir!! hein, je l'ai pas lu??? pas la peine, je te fais entièrement confiance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais me hâter de le lire (c'est malin, je n'ai plus envie de dormir !!!!!). Bisous (pour le Deville, rien ne vaut ton avis d'experte, je ne possède pas la science infuse).

      Supprimer
  17. Je crois que je suis tentée par le prix phiphicourt 2012. bises

    RépondreSupprimer
  18. J'avoue que le bonhomme m'intéresse beaucoup. J'adore ces personnages de scientifique, en des temps où la science était une grande aventure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aime leur grandeur et leur noblesse d'âme. Des penseurs, des humanistes, des intellectuels scientifiques, suffisamment conscients de toute la richesse terrienne et de sa grande fragilité. Un très beau roman qui parle d'eux et les fait vivre.

      Supprimer
  19. Pas du tout tentée par ce livre à la base (quel titre aussi...) mais ton billet pourrait bien me faire changer d'avis. J'ai quand même un doute sur le style, que je ne suis pas sûre d'apprécier mais bon, si je le trouve à la bibliothèque, je lui laisserai une chance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très possible que ce livre en fasse pas l'unanimité. Bises

      Supprimer
  20. Je veux le lire alors je n'ai pas trop lu ta note de lecture pour l'instant ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je comprends, je procède de la même façon sur un article d'une copine qui a lu un livre que je vais incessamment découvrir.

      Supprimer
  21. Je dois avouer que ce livre ne me disait rien... son titre, son sujet...mais ton très joli billet titille ma curiosité... je note pour plus tard. bises,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bisous aussi, et si tu souhaites le lire, tu sais que je le possède donc un envoi est si vite préparé !! Merci pour ton passage.

      Supprimer
  22. Le deuxième extrait interpèle forcément à l'heure ou, on a la sensasion de plus en plus précise, que la médecine aussi est devenu un business :0(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet extrait ne fut pas choisi au hasard ! Bises

      Supprimer
  23. oui mais... non. Plus tard peut-être :)

    RépondreSupprimer
  24. Ah tes billets sont de plus en plus géniaux ! Tu me le prêteras, ce Patriiiiick ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu veux, ma biche ! Je passe te le remettre mardi ... Bises

      Supprimer
  25. Ton billet a achevé de me convaincre. Merci, sinon je crois que je serais passée à côté d'un grand livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman historique ou biographie ne fait pas l'unanimité mais je l'ai vraiment aimé comme je l'ai précisé chez toi ! Bisous

      Supprimer