Sulak - Philippe Jeanada ****

Comment passer de légionnaire, fils de légionnaire à braqueur de haut vol, faisant tourner bourrique gendarmes, policiers, gérants de moyennes surfaces et bijoutiers de prestige ?  Philippe Jeanada administre la leçon en près de cinq cents pages.
Bruno Sulak, voleur charismatique des années 1970- 1980 croque la vie à pleines dents. Tour à tour écorché vif, perpétuellement en cavale, généreux et dispendieux, Sulak apprécie le beau : voitures, montres, pierres précieuses et jolies filles. Connu pour sa violence mesurée (à savoir : pénétrer dans un lieu, menacer le personnel en pointant une arme, le menotter immédiatement pour éviter tout débordement, se faire remettre les liquidités ou bijoux, virer les chèques non encaissés dans une poubelle, puis disparaître sans émettre le moindre coup de feu), ce gentleman cambrioleur ne fait pas que des heureux : les pandores ne supportent plus de se voir tourner en ridicule par la presse zélée (la guerre des polices sévissant à ce moment-là octroiera pas mal de jours de congé au malfaiteur), sa famille s'inquiète de cet engrenage infernal, sa fille grandit sans sa présence.

Philippe Jeanada a réussi là une très jolie biographie. On le sent sous le charme de ce criminel peu ordinaire et c'est peut-être le seul reproche à lui adresser : attachant, idéaliste et meurtri, Bruno Sulak est montré sous ses fêlures. L'auteur tempère systématiquement les actes de son héros avec des justifications parfois analytiques, limite anarchistes. Bref on adhère ou pas au discours. Mais il serait fallacieux de ne pas reconnaître le talent de Jaenada : formidable conteur à l'humour toujours présent, il sait distraire son lectorat à l'aide d'incursions sur sa vie privée (qui frôlent très souvent le hors sujet mais ont l'art d'amuser, de dépressuriser une tension qui s'emballe), s'est amélioré dans la technique des parenthèses ouvertes - son tic littéraire- une vraie sinécure comparée au traitement stylistique opéré dans Le cosmonaute. Alternant récit chronologique et présentation des différents protagonistes (la belle Thalie, le fidèle Steeve, les frangines etc), Philippe Jeanada convainc et dénonce une société viciée par l'argent dont le détournement pèse plus judiciairement que quatre vies menacées, un monde devenu inhumain.

Éditions Julliard

Rentrée littéraire 2013

un merci particulier à la responsable littérature du Cultura de Villeneuve d'Ascq pour le prêt de ce SP

avis : Alice

évasion musicale : Papaoutai - Stromae (un nouvel album exceptionnel)



34 commentaires:

  1. Joli billet! Je n'ai lu qu'un roman de Jaenada (rencontré au hasard d'un salon) et j'ai aimé. (les parenthèses aussi ) (si)

    RépondreSupprimer
  2. Il me fait très envie celui-ci ! Bien que mon unique lecture de Jaenada, il y a quelques années, ne m'ait pas laissé un grand souvenir...

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu et moyennement aimé de l'auteur "la femme et l'ours" et j'ai "le cosmonaute" dans ma PAL. Je ne vais donc pas me précipiter sur celui-ci malgré ton avis enthousiaste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le cosmonaute m'avait moyennement plu. Sulak est vraiment intéressant et c'est une lecture fluide, une biographie bien écrite.

      Supprimer
  4. Je ne le sens pas pour moi, ce bouquin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme tu veux, Anne. Et puis, il y a tellement à lire avec cette rentrée littéraire.

      Supprimer
  5. un livre à lire sans urgence donc

    RépondreSupprimer
  6. .... tu as raison pour Stromae.....
    Bernhard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu dois être sensible à ses paroles. Franchement c'est un virtuose de l'écrit, ce jeune homme.

      Supprimer
  7. Jamais lu Jaenada et je suis pas fan des biographies. Du coup forcément ça va être difficile de me convaincre même si ton billet est comme d'habitude très joliment tourné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, là clairement avec tes arguments, j'abandonne de te convaincre.

      Supprimer
  8. La femme de l'ours a avait été un très rapide abandon alors je vais m'abstenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'éviterai donc La femme de l'ours. J'ai bien aimé Sulak et je trouve qu'il mérite toute notre attention. Ce n'est pas simple de romancer la vie d'un homme.

      Supprimer
  9. ça fait un moment que j'ai envie de lire cet auteur. Dois-je commencer par celui-là? Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. plutôt celui-ci que Le cosmonaute, en effet.

      Supprimer
  10. Une biographie ? Moi qui ne connaissais même pas cet homme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi non plus, je n'avais aucun souvenir de lui avant de débuter ce roman.

      Supprimer
  11. Comme Alex et je ne me précipiterai pas pour le lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est dommage car cette biographie mérite le détour.

      Supprimer
  12. Ma fille adore cette chanson et son clip. Ca fait donc partie des rares clips que je reconnais même sans son.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est superbe : il y a un travail sur la chorégraphie et sur les corps qui est franchement remarquable. La danse contemporaine en sort grandie, je trouve.

      Supprimer
  13. Je ne connais pas cet auteur, mais j'avoue je ne suis pas trop intéressée par ce gentleman cambrioleur et tant mieux je ne sais plus par quel bout prendre ma LAL

    RépondreSupprimer
  14. Je ne connais pas cet homme mais le thème a l'air intéressant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, je ne peux pas t'envoyer ce livre : je viens de le rendre à sa propriétaire. Bises

      Supprimer
  15. Je le note pour un futur emprunt en bibliothèque. J'avais beaucoup aimé l'humour de Jaenada (et les parenthèses) dans Plage de Manaccora, 16 h 30.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. toi aussi, les parenthèses t'ont accrochée !!!! Jeanada a un fan club de son style.

      Supprimer
  16. Un bandit au grand coeur ? Comme je suis une mauvaise bête je ne suis pas très tentée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comment cela, une mauvaise bête ? Tu es un amour en sucre !

      Supprimer
  17. Oh qu'il me tente, celui-ci !!! (malgré mes bonnes résolutions d'ignorer la rentrée littéraire...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et je suis quasi sûre que tu aimerais en plus ! Bises

      Supprimer