Une forêt d'arbres creux d'Antoine Choplin ***** (RL 2015 #2)

Si j'ai lu Une forêt d'arbres creux d'Antoine Choplin, c'est grâce à Jérôme qui me l'a offert, connaissant mon attachement à La nuit tombée. Et je vais rajouter qu'Une forêt d'arbres creux fait partie des rares livres que j'ai relus. La première fois, j'ai ressenti du vague, du flou, je n'étais pas complètement en adéquation avec le texte  parce que mon esprit n'était pas si reposé que cela. La seconde fut la bonne et là, l'émotion m'a submergée. Non, je n'ai pas pleuré, j'ai juste ressenti l'infinie délicatesse d'Antoine Choplin pour ses personnages, sa prose toujours aussi poétique, le respect de ne pas trahir ce qui fut et d'éviter le sordide malgré la période relatée. Antoine Choplin est décidément un auteur d'une très grande classe. 
Une forêt d'arbres creux  par Antoine
image captée sur le site Babélio
Bedřich Fritta, dessinateur satirique tchèque, est déporté en 1941 dans le camp de Terezin, avec sa femme Johanna et leur fils Tomi. Là, il est affecté à l'atelier « architecture », lieu qui conçoit les agrandissements de bâtiments avant l'élaboration de crématoriums. Façade funeste des nazis, Terezin fait semblant d'accueillir, diminue assurément, berne la Croix Rouge internationale effrontément. Là donc, Bedřich retrouve d'autres faisant-fonction comme lui, des artistes opprimés, un conservateur de musée, des hommes garants de la culture, que les nazis tentent de bâillonner, d'anéantir.  Mais la réalité doit être annoncée et la résistance s'opère.

Tout est beau dans ce roman, malgré l'atmosphère lourde. Non, Antoine Choplin ne prend pas le risque de La vie est belle de Roberto Benigni. Parce que les parents de Tomi ont décidé de ne pas mentir, mais de vivre tout simplement, le plus longtemps possible. Malgré la mascarade de ce ghetto, on sent le manque, l'humiliation constante, ces infirmeries qui servent d'anti-chambres ferroviaires, la violence sur les corps, la faim. On respire l'immense force des déportés qui gardent la tête haute et cherchent à transmettre leur vécu à l'extérieur. Avec sensibilité, Antoine Choplin décrit les œuvres, héritages artistiques et historiques, testaments insupportables du troisième Reich. Elles témoignent à la place de leurs créateurs et contredisent le fameux discours du « On ne savait pas ».  
Comme Alex qui clôture chaque chronique par une image,  je n'oublierai pas de sitôt le bonhomme de neige (tout comme la porte de La nuit tombée).  Touchée en plein cœur !

Éditions La fosse aux ours
Rentrée littéraire 2015

LC avec Jérôme (merci pour tout) et Noukette

autres avisJérômeNoukette, Jostein, Mimipinson, Choco

et un de plus pour les challenges de Piplo (une) et de Shelbylee
A vos nombres 2014 L'art dans tous ses états 

48 commentaires:

  1. Il fait maintenant partie de mes auteurs incontournables. Comme tu dis, il a la classe et ça c'est rare.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il a une retenue et une belle écriture. je souhaite à ce roman une belle route.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. j'en ferai un LV : il faut juste que je m'organise pour cela. Bises

      Supprimer
  3. Jamais lu ! mais vos 3 billets sont diablement tentateurs ! alors je note ;-)
    merci merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi, Framboise, pour cet élan et cet enthousiasme qui fait du bien !

      Supprimer
  4. Antoine Choplin est un artiste, et un écrivain, un vrai...! Touchée, coulée... aussi !
    Ravie d'avoir partagé ce coup de cœur avec vous deux...!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu "le héron de Guernica" de Choplin. Un grand moment de plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je compte l'emprunter ne biblio : merci de cette piqûre de rappel efficace !

      Supprimer
  6. Je me doutais qu'il te plairait ce nouveau Choplin. Ravi de l'avoir partagé avec Noukette et toi, c'est un auteur qui nous va comme un gant je trouve ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui exactement : c'est un auteur qui mérite d'être reconnu.

      Supprimer
  7. Ton billet associé à celui de Jérôme ne me donnent pas le choix : il faut que je le lise!

    RépondreSupprimer
  8. Noté bien sûr, même si je crains de ne pas retrouver le même engouement que pour mon chouchou, Le héron de Guernica. J'adore cette écriture toute retenue.

    RépondreSupprimer
  9. il fera partie de mes "pourquoi pas!"

    RépondreSupprimer
  10. J'ai vraiment l'impression d'être passée totalement à côté de cet auteur qui a l'air super, et que je n'ai jamais lu ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, il y a tant à lire : tu as donc la chance de découvrir Antoine Choplin.

      Supprimer
  11. Je ne connais pas mais tu en parles bien!

    RépondreSupprimer
  12. J'aime tellement Antoine Choplin...
    As-tu lu Le héron de Guernica? C'est une lecture magnifique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu es la troisième personne à me le conseiller : je pense que je vais l'acheter (il n'est pas à la biblio)

      Supprimer
  13. J'ai déjà noté Choplin avec Radeau et Le héron de Guernica. Je ne connaissais pas celui-ci. Le sujet m'intéresse fortement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et le sujet est très très bien traité. Bises

      Supprimer
  14. Sans aucun doute je le lirai. Je fais confiance aux gens de goût que vous êtes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup, ta confiance nous honore et grosses bises.

      Supprimer
  15. Vous êtes plusieurs à être enthousiastes, il est très beau ton billet, mais je crains ce sujet plus qu'un autre, je ne pense pas le lire maintenant, mais je me suis promis de découvrir cet auteur à court terme. Très jolie chronique Phili, c'est poignant (et j'aime le coup du démarrage diesel)...ah il nous gâte ce Jérôme ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la période est dure mais Antoine Choplin a l'art de ne pas la rendre plus pesante qu'elle n'est. Il ne tombe jamais dans le lacrimal. Il est juste tout simplement (et très fort). Bisous et merci pour tout.

      Supprimer
  16. Tu m'intrigues avec ce bonhomme de neige..... Je vais être obligée de le lire, trop dur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme j'ai pensé à toi avec le bonhomme de neige, je suis quasi sûre que tu aurais retenu cette image parmi d'autres. J'ai hâte de lire ton retour pour voir...

      Supprimer
  17. J'ai vu un très beau film sur cette terrible période, "Phoenix", pareil, tout en délicatesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est jamais simple de traiter cette période : elle est délicate, on n'en fera jamais le deuil parce qu'on a atteint, là, le mal absolu qui a gangréné ensuite l'humanité toute entière. Je prends note de ce film. Je passe te voir dès que possible, ton blog me manque trop mais je sais que je dois lui réserver un temps certain pour lire tes chroniques toujours nourries et enrichissantes.

      Supprimer
  18. De la part de Sandrion dont Blogger bloque les commentaires :
    " Oh oh ! Un nouveau Choplin ? J'en ai lu 4 je crois qui m'ont tous emballée alors je note rapidement ce titre (et j'espère que mon commentaire te parviendra car j'ai souvent beaucoup de mal à déposer un commentaire chez toi... bouh !)"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi, Sandrion, pour ta patience. Bises

      Supprimer
  19. J'avoue que La nuit tombée me semble plusieurs crans au dessus de celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À ma première lecture, c'est ce que je pensais et lorsque je l'ai relu, j'ai trouvé le discours moins confus, le rythme plus équilibré que dans La nuit tombée.

      Supprimer
  20. je ne connais pas cet auteur... mais cela donne envie de le découvrir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un auteur à l'écriture toute jolie : il mérite vraiment sa part de soleil.

      Supprimer
  21. Jérôme et toi me donnez sacrément envie de découvrir davantage cet auteur! Je n'ai lu que Cour nord...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et je ne connais pas Cour nord : que fais-je ???? Bisous

      Supprimer
  22. Je l'avais noté et tu confirmes mon envie de la lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un très joli livre, entêtant : je l'aime beaucoup

      Supprimer
  23. Toujours rien lu de lui, il va falloir y remédier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ses romans sont courts et intelligents. J'aime bien.

      Supprimer