La Photo du Mois # 65 : Solidarité

Le thème du mois fut choisi par El Padawan qui complète ainsi :  "Parce que ces derniers mois, on a eu plein de raisons d'en faire preuve, partout dans le monde..."

J'ai repris une des définitions du très beau mot Solidarité données par le dictionnaire Larousse et je l'ai davantage imagée (comme mon esprit qui divague souvent est capable de le faire) : " Rapport d'interdépendance entre les choses."

Et j'ai choisi cette photo d'une œuvre de rue à Seattle qui m'a scotchée direct par sa beauté géométrique, sa capacité à évoluer en fonction de la lumière et à rendre notre perception mouvante (en fonction de l'endroit où on l'observe et l'instant de l'observation). C'est donc une œuvre qui interroge et défie à la fois le temps et l'espace, qui les supplante même. Par un effet de miroir et par un jeu de lumière et de prisme chromatique, elle renvoie une image déformée de la réalité, une image reconstruite aussi.

Alors vous allez me dire :"Où est la solidarité là-dedans ?".  De par sa composition, à la fois solide et entrelacs de quatre cadres immobiles qui représente à mon sens un mouvement de salut ou de révérence, elle perd son bel équilibre si on lui retire un seul des quatre cadres-piliers, nécessairement solidaires les uns des autres (puisque chacun prend racine chez/dans et s'appuie sur l'autre). Pour son côté lumineux, libre, cohérent et entier, cette œuvre artistique représente parfaitement la solidarité, rapport d'interdépendance, d'union et d'appui entre les choses. En bref, en reprenant la déconstruction sémantique si chère à Jacques Derrida, c'est donc un solide hérité (par toute l'humanité) de solidarité.

Du côté de chez les photocopains et photocopines : Akaieric, Amartia, Blogoth67, Chris M, Christophe, El Padawan, Frédéric, Gilsoub, Gine, J'habite à Waterford, Jakline, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, magda627, Marie-Paule, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Pilisi, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Xoliv', écri'turbulente.

32 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui mais je ne suis pas la seule du groupe à me démarquer de l'interprétation humaine du mot solidarité.

      Supprimer
  2. imbriqués et reliés une façon d'exprimer la solidarité

    RépondreSupprimer
  3. Très intéressant, beau, et superbement photographié et dit! Que demander de plus? Rien!
    Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour tous ces compliments. Je suis touchée.

      Supprimer
  4. Bien vu! La solidarité n'existe pas qu'entre les humains, elle est partout autour de nous!

    RépondreSupprimer
  5. On a toujours besoin les uns des autres... Belle image que voilà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement : la solidarité implique la notion de réciprocité.

      Supprimer
  6. Très beau et très bien écrit comme toujours. Tu es vraiment magnifique. Je t’embrasse fort

    RépondreSupprimer
  7. C'est vraiment un choix très original et très bien décrit, bravo !

    RépondreSupprimer
  8. La solidarité prend effectivement bien des formes.on peut dire que la photo de la sculpture est aussi une démonstration de solidarité artistique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui exactement. Mon interprétation de l'oeuvre pour son côté "solidaire" est transposable à l'humain...

      Supprimer
  9. Belle oeuvre et belle démonstration de ce que l'on peut imaginer librement autour. Bonne journée Philisine, bises.

    RépondreSupprimer
  10. La solidarité des éléments entre eux, il fallait y penser. Super !

    RépondreSupprimer
  11. Une interprétation concrète !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à la fois concrète (et aussi abstraite par l’œuvre artistique).

      Supprimer
  12. Merci pour ce partage d'oeuvre et pour ton interprétation ! Peux-tu me situer l'échelle de l'oeuvre? Tu tombes dessus au détour de ta balade ou la taille et/ou les reflets t'amènent à t'en approcher ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’œuvre se situe normalement dans le Olympic Sculpture Park. Nous sommes allés l'an passé à Seattle. Mon cher et tendre et mes filles ont raté "mes cadres solidaires" parce que cette œuvre est en contre-bas du parcours, très bien cachée par d'autres œuvres plus visibles, plus imposantes. Comme j'aime fouiner et prendre mon temps (surtout que c'est le genre d'endroit où je me sens bien),j'ai eu beaucoup de chance de la croiser. Ce sont les reflets qui m'ont attirée (elle était un peu dans l'ombre et se confond avec son environnement comme un caméléon, vu qu'elle reflète "son environnement") et ensuite quand j'ai vu que suivant l'endroit où tu te situes pour l'observer, tu ne vois pas la même œuvre, j'ai trouvé cela génial, vraiment génial. Elle est à la fois toute simple et extraordinaire dans les effets. Tu poses une bonne question sur sa taille. Elle n'est pas très imposante, elle n'est pas très haute et est cachée à droite de la première descente (dans mon souvenir), après les pans de mur ocres, dans un endroit plutôt paysager.

      Supprimer
  13. Merci pour ta réponse. En effet, je comprends d'autant plus ton enthousiasme que cette oeuvre t'a appelée à elle en quelque sorte! Une belle rencontre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que j'ai été aussi aidée par un couple de personnes qui admirait une autre œuvre située pas très loin d'elle mais plus visible (car se démarquant de son environnement).

      Supprimer
  14. même pour notre corps , c'est tout un ensemble de " matière " qui sont solidaires les uns des autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement ! et dès qu'une ne fonctionne plus, on sent bien que l'ensemble est fragilisé et le montre parfois !

      Supprimer